• Les enjeux éthiques du vieillissement

      Beaulieu, Marie; Beaulieu, Marie; Bélisle, Micheline; Camus, Vincent; Caron, Chantal D.; Clément, Michèle; Cossette, Diane; Croyère, Nicole; Deshaies, Marie-Hélène; Desplanques, Anne-Caroline; et al. (Éditions Nota bene, 2008-11-25)
    • Présentation

      Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-02-10
      La revue Éthique Publique s’adresse à un public francophone composé d’universitaires et de praticiens. L’ambition qui anime la revue est de faire connaître la recherche et la réflexion sur l’éthique publique, qu’elles proviennent des milieux universitaires ou des gens du terrain. Lieu d’échange, de circulation des savoirs sur les questions les plus fondamentales de nos sociétés et de nos États à une époque où ils connaissent de profondes transformations, Éthique Publique espère contribuer à i...
    • Le travail en crise

      Bégin, Luc; Bégin, Luc; Belley, Serge; Boillat, Patrice; Côté, André C.; Dion, Michel; Divay, Gérard; Dupuis, Réjeanne; Fillion, Lise; Gagné, Florent; et al. (Éditions Nota bene, 2011-02-28)
    • Cadres, managers et professionnels : crise d’identité, crise existentielle et perspectives éthiques

      Pichon, Alain (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-02-28)
      Ce texte est une analyse de la crise des rapports entre les cadres et les entreprises. Fruits de plusieurs recherches par entretiens, il tente d’analyser la crise en cours comme un conflit d’identités, de raisons d’être, de valeurs et de finalités entre les cadres et les entreprises. Dans une première partie, il expose les enseignements empiriques des entretiens : des tensions et des contradictions éthiques se dégagent. Dans une deuxième partie, les tensions et les contradictions sont analysées à l’aulne de la sociologie des conventions et de la dialectique de la confiance : un conflit de « mondes » émerge et, par la suite, les fondements d’une crise de confiance et de régulation. Dans une dernière partie, le texte tente de montrer les conséquences de la crise en cours pour l’évolution de la catégorie et de dégager les nouvelles postures éthiques qui en résultent.
    • Présentation

      Bégin, Luc; Lacroix, André (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-02-28)
      Le travail est en crise ! Que de fois n’a-t-on entendu cette remarque. À la fin du dix-neuvième siècle, on dressait déjà ce constat et plusieurs en avaient alors conclu qu’ils devaient procéder à une importante réorganisation des structures du travail. L’âge d’or des mouvements ouvriers s’ensuivit un peu partout à travers le monde, mouvements ouvriers qui ont bien sûr très largement contribués à améliorer les conditions de vie des travailleurs partout à travers le monde. Un siècle plus tard, ...
    • Épuisement professionnel en contexte policier : le rôle des valeurs

      Meylan, Stéphanie; Boillat, Patrice; Morel, Aurélie (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-03-03)
      Cet article traite de l'épuisement professionnel en milieu policier, plus précisément de la question de son étiologie. Si la plupart des causes possibles d'un burnout ont été largement étudiées, celle traitant des valeurs n'a été qu'esquissée jusqu'à présent. La première partie de l'article rappelle les différentes façons dont les valeurs, personnelles et institutionnelles, peuvent concourir au développement d'un burnout. La deuxième partie présente de façon concrète la manière dont ce syndrome peut apparaître chez un policier, en se basant sur une histoire fictive utilisée dans la formation des policiers, histoire construite sur la base de différentes situations réelles rapportées au fil du temps à des psychologues travaillant en milieu policier. La question des valeurs appelle une lecture éthique des situations rencontrées. La troisième partie de l’article examine en quoi l’éthique, en tant que processus de compréhension des conflits de normes et de valeurs surgissant dans la vie en société, peut être considérée comme un outil réflexif et préventif de l’épuisement professionnel. Pour appuyer la réflexion théorique, les auteurs présentent certains mécanismes et outils utilisés dans une démarche éthique institutionnelle concrète, amorcée dans un corps de police.
    • Les dilemmes éthiques vécus par les infirmières aux soins intensifs1

      Langlois, Lyse; Dupuis, Réjeanne; Truchon, Manon; Marcoux, Hubert; Fillion, Lise (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-03-03)
      Cette étude exploratoire s’intéresse aux dilemmes éthiques dans le contexte des soins intensifs (SI) de fin de vie. Les services de santé canadiens ont à faire face à de nombreux problèmes de ressources humaines et plus particulièrement ceux relatifs aux effectifs infirmiers, dont la pénurie, la rétention et le roulement. La détérioration des conditions et des milieux de travail ajoute au niveau de stress vécu par les infirmières et infirmiers et diminue leur capacité à accomplir leur travail de manière satisfaisante. Un des enjeux rencontrés par le personnel infirmier sont les dilemmes éthiques. Cette étude est basée sur une recherche-action de type constructiviste dont les buts sont d’identifier les dilemmes éthiques rapportés par les infirmières et infirmiers aux SI et les valeurs en conflit. Les deux dilemmes éthiques explorés ici sont l’acharnement thérapeutique et l’euthanasie. Nous concluons en dégageant une réflexion sur le vécu du personnel infirmier pratiquant aux SI.
    • Communiquer la science : métier, conflit de normes et harcèlement social

      Paquette, Jonathan (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-03-04)
      Inscrite dans une longue tradition de recherche en sciences humaines et sociales, l’étude de la souffrance au travail s’est recomposée récemment autour de la problématique du harcèlement au travail. Certains chercheurs, comme Vincent de Gaulejac, se sont penchés sur cette problématique tout en cherchant à préserver une dimension culturelle et historique au phénomène. Pour Aubert et de Gaulejac, le harcèlement social correspondrait à l’évolution et au renouvellement de l’éthique protestante, axée sur la performance et la rentabilité, et dont le véhicule et l’expression sociale se retrouveraient dans la pensée managériale. L’objectif de cet article consiste à intégrer l’étude du phénomène aux dynamiques de métier en s’appuyant sur une recherche qualitative menée auprès des travailleurs de la communication des sciences. Pour les métiers de l’intervention et de l’action publiques, ces nouvelles normes relevant d’un nouveau système de valeurs entrent en conflit avec le mandat social et les idéaux de la pratique. Alors que le harcèlement social est reconnu comme étant une source de stress et de fatigue chez les travailleurs, l’examen de ce phénomène dans le cadre des dynamiques de métier permet de mettre en évidence les paradoxes, l’exclusion, l’aliénation et les conflits de normes vécus par les travailleurs qui sont toujours incités à franchir des limites.
    • Enjeux éthiques et socialité au défi dans le phénomène du harcèlement psychologique

      Sanchez-Mazas, Margarita (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-03-04)
      L’incertitude inhérente à l’organisation actuelle du travail, avec ses règles incertaines, ses écarts entre objectifs et moyens, ses critères mouvants de réussite et d’échec, crée la crainte omniprésente d’être mis hors jeu, une pression permanente, un stress structurel et une culture du harcèlement. Adoptant une approche centrée sur les processus qui génèrent les relations abusives plutôt que sur le comportement « pervers » des personnes, cette contribution entend mettre au jour les excès, carences et contradictions d’un système managérial qui alimente la lutte des places, le sacrifice de l’autre selon une logique utilitariste et l’intolérance à la différence. L’enjeu d’une réflexion sur le harcèlement est de repenser le collectif au travail, mis à mal par le silence des témoins et l’isolement des victimes, ainsi que le sens de la justice sociale dans un contexte de brouillage des catégories et de montée en force de l’arbitraire. Face à la recrudescence des cas de harcèlement psychologique, la valorisation de l’éthique apparaît être une condition sine qua non d’une prévention s’affranchissant du schème strictement individualiste et favorisant l’identification des actes de harcèlement comme violations des droits légitimes de la personne.
    • La souffrance sociale, pathologie des sociétés contemporaines

      Soulet, Marc-Henry (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-03-04)
      La souffrance sociale, qui prend chaque jour davantage d'ampleur sur la scène sociale, est à penser en lien avec la vulnérabilité structurelle propre à une société valorisant la propriété de soi. Elle fait en effet écho aux problèmes posés par l'autonomisation de l'existence en tant que norme sociale dans une société qui n’offre pas la garantie de supports institutionnels et de protections formelles. Tenter d'en comprendre les ressorts impose alors de centrer la réflexion sur les fragilités individuelles nées de l’exigence sociale d’autonomie et de réalisation dans une configuration sociétale qui dés-institutionnalise et privatise l’ensemble de l’activité sociale.
    • Changement culturel et organisationnel par le biais d’une approche éthique : l’exemple de la police municipale de Lausanne

      Raemy, Pierre-Alain; Meylan, Stéphanie (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-03-07)
      Au cœur de la société, dont elle hérite les contradictions, la police vit depuis quelques années des mutations internes et externes de plus en plus importantes et rapides. Toujours utiles, surtout dans l’urgence, les méthodes habituelles de commandement héritées de la culture militaire, basée sur une forte hiérarchisation, semblent néanmoins montrer leurs limites face à la complexification de l’environnement et des problèmes à résoudre. Il semble dès lors indispensable d’inventer une autre approche, portée par des managers de proximité qu’il convient d’armer pour cela, ce qui suppose également de réinvestir dans la structure de management, de revisiter certaines politiques internes, ou encore de travailler sur les pratiques réelles en commençant… par le haut. Gouverner par la culture et attribuer un rôle central à la ressource humaine n’est cependant pas chose aisée et demande du temps et de la persévérance. Cette nouvelle logique requiert de gros efforts d’analyse et un apprentissage collectif de modes plus simples de résolution des problèmes, ce qui nécessite un supplément extraordinaire d’organisation. S’appuyer sur ce qui fonctionne bien et l’enrichir par une approche nouvelle basée sur l’éthique, tel est le pari un peu fou que s’est lancé la police municipale de Lausanne au début de ce siècle. Le présent article résume le contexte et les principaux aspects d’une démarche qui s’inscrit dans une perspective durable. En parallèle, sont présentés des éléments de la littérature scientifique en lien avec la santé au travail des employés. Cet article met également en évidence quelques limites, écueils et risques inhérents à ce type de démarche.
    • La loi québécoise sur le harcèlement psychologique au travail : entre judiciarisation et juridicisation

      Marchand, Nicole (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-03-07)
      Dans toutes les sphères d’activité, le droit tend à supplanter les régulations éthiques, sociales et politiques, qui ont perdu la confiance des acteurs en même temps que s’affaiblissait leur pouvoir effectif de régulation des conflits. Ce mouvement de judiciarisation n’est toutefois pas sans ambivalence. Face aux attentes de justice et de reconnaissance des justiciables, le droit et la procédure ne peuvent pas tout faire. La judiciarisation crée donc souvent une ouverture pour les formes de régulation auxquelles elle s’est substituée. Les dispositions juridiques québécoises sur le harcèlement psychologique au travail présentent ce type d’ambivalence. Tout en créant des recours pour les salariés harcelés, elles obligent les employeurs à prendre les moyens raisonnables pour prévenir le harcèlement et le faire cesser. Dans les grandes entreprises, cela se traduit par la mise en place de politiques internes visant des objectifs difficiles à concilier. Pour faire cesser les incidents qui constituent du harcèlement psychologique au travail au sens de la loi, ces politiques doivent s’aligner sur la norme juridique. Mais pour prévenir de tels incidents, elles doivent aussi s’ouvrir à la pluralité des normes à l’œuvre dans l’organisation. Un cadre juridique conçu pour protéger les victimes peut-il aussi favoriser la pluralité normative de la prévention ? Ou favorise-t-il surtout la juridicisation des conflits interpersonnels du milieu de travail ?
    • Conflits de valeurs et souffrance au travail1

      Girard, Diane (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-03-08)
      La souffrance au travail et ses conséquences physiques et psychologiques sur les employés et les gestionnaires, ainsi que sur leur motivation et la productivité, constituent un enjeu social important qui a suscité l’intérêt des chercheurs, des professionnels et des médias au cours des dernières décennies. Cet article tente de contribuer à cette discussion en mettant en lumière les conflits de valeurs que vivent régulièrement les gestionnaires et employés dans leur travail, et la souffrance que ces conflits peuvent générer. Le recours à l’éthique appliquée, dans une perspective tant individuelle qu’organisationnelle, est présenté comme une façon d’atténuer cette forme de souffrance au travail.
    • Élever l’éthique dans les organisations : le témoignage de leaders d’avant-garde

      Pauchant, Thierry C.; Lahrizi, Fatima-Azzahra (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-03-08)
      Plus que jamais, suite aux nombreux scandales financiers et politiques dont nous sommes témoins aujourd’hui, l’éthique est au centre des débats sur la manière d’implanter des pratiques saines de travail entre actionnaires et dirigeants, employeurs et employés, élus et citoyens. Dans cet article, nous présentons des façons d’agir à la fois pratiques et innovatrices pour élever l’éthique au travail. Ces pratiques sont issues d’entrevues réalisées avec trente-six dirigeants, toutes fonctions et milieux d’intervention confondus, que l’on pourrait qualifier de leaders d’« avant-garde ». Ces entrevues ont été réalisées dans le cadre d’une émission radiophonique hebdomadaire, intitulée Éthiques au travail. Les leaders interrogés ont été choisis suivant deux critères : leurs pratiques de gestion ne sont pas seulement le fruit d’une réaction face à des obligations légaleset leurs motivations vont au-delà de la seule image corporative. Nous décrivons brièvement dans ce texte les thèmes communs qui émergent d’une analyse de contenu de ces entrevues. Par analogie avec la bioéthique, dans le milieu de la santé, nous sommes convaincus qu’il est plus que temps de développer dans les milieux organisationnels, une orgéthique, un mot nouveau pour une pratique nouvelle. Les thèmes présentés dans cet article sont une première tentative de préciser le contenu de cette nouvelle éthique organisationnelle. Ils démontrent aussi que de nombreux leaders éthiques sont, déjà, au travail.
    • Les confusions entourant le « leadership éthique » dans les organisations

      Dion, Michel (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-03-08)
      Le leadership éthique est actuellement sur toutes les lèvres et présenté comme une panacée afin d’éviter les grands scandales qui secouent les milieux d’affaires, dans quelque pays que ce soit. Pourtant, savons-nous exactement de quoi il est question lorsque nous parlons d’un leadership éthique ? S’agit-il d’un style de leadership dont la particularité est d’être « éthique », ce qui suggérerait que les autres styles seraient d’emblée non-éthiques ? Ou bien les caractéristiques de certains styles de leadership les rendent-ils « éthiques » ? Trois principales confusions surviennent dès que la question de la nature du leadership éthique est abordée : une confusion ethnocentrique (sur le plan culturel et sociétal), une confusion axiologique (sur le plan des valeurs embrassées par le leader) et une confusion philosophique (se rapportant au fondement philosophique du leadership considéré comme « éthique »).
    • Le secret thérapeutique : influences socioculturelles et implications pour les professionnels de la santé

      Maumaha Noune, Rosane; Monzée, Joël (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-03-08)
      Le secret thérapeutique est le socle de la pratique médicale. Cet article discute des problèmes que soulève l’application du secret thérapeutique dans la relation de confiance entre les professionnels de la santé et leurs patients, mais également dans la relation de confiance entre un citoyen et des professionnels non membres d’ordre professionnel informés de son dossier médical. En illustrant notre analyse par des exemples du Québec, de la Belgique, de la France, du Sénégal et du Cameroun, nous avons voulu identifier les diverses composantes légales, déontologiques, morales et éthiques qui influencent le respect ou le bris de la confidentialité. C’est par la compréhension de ces réalités que des reformes appropriées pourront être envisagées pour améliorer le respect de la confidentialité dans le suivi psychothérapeutique des enfants qui sont rarement protégés par le secret thérapeutique.
    • La dimension éthique de l’organisation du travail1

      Lacroix, André (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-03-08)
      Le travail est en crise. Une autre, pourrait-on dire. Dans le présent texte, ce n’est pas tant la crise du travail qui est discutée que sa dimension éthique. Si le travail est en crise, en effet, c’est en raison des valeurs qui sont en tension, d’abord dans la société, et ensuite dans le monde du travail. Et pour comprendre cette crise, il nous faut comprendre les valeurs qui sont en tension, de même que les raisons de cette tension. C’est ce qu’on propose de mettre en évidence dans la première partie du texte. Partant de cette tension, on explique ensuite pourquoi la plupart des tentatives faites pour réduire ces tensions ont échoué. On espère enfin mettre en évidence la caducité de la représentation de l’éthique utilisée en milieu de travail et l’importance de répondre à la crise par une compréhension de l’éthique, et son déploiement, essentiellement fondée sur les approches réflexives. Une telle solution n’est toutefois pas sans conséquences sur l’organisation du travail. C’est pourquoi le dénouement de la crise du travail passe par une réflexion de fond sur l’organisation du travail et les modes de management jusqu’ici utilisés.
    • Lobbyisme, éthique et municipalités

      Côté, André C. (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-03-09)
      L’application de la Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme fournit un beau cas de figure aux fins d'une réflexion sur l’éthique en milieu municipal. Cette loi, qui s’applique dans l’ensemble des municipalités du Québec depuis juillet 2005, affirme qu’il est dans l’intérêt du public de savoir qui cherche à influencer des décisions devant être prises dans l’intérêt public. Elle impose en conséquence aux lobbyistes actifs auprès des municipalités des obligations spécifiques de divulgation dans un registre public, de façon à actualiser le nouveau droit à la transparence que cette loi reconnaît aux citoyens relativement aux processus décisionnels d’intérêt public. Alors que plusieurs titulaires de charges publiques ont pu penser que cette loi ne les concerne pas directement, puisqu’elle impose l’obligation de divulgation aux lobbyistes, la nature même de leur charge et les conditions générales de leur responsabilité leur dictent certes, à cet égard, à tout le moins un devoir de diligence raisonnable. En l’absence d’une obligation légale spécifique, ils sont clairement interpellés par l’affirmation législative du droit des citoyens de savoir qui cherche à influencer les processus de décision d’intérêt public dont ils sont responsables ou auxquels ils sont associés.
    • L’éthique municipale : quand la démocratie de proximité doit faire maison nette sur les plans juridique, politique et administratif

      Belley, Serge; Divay, Gérard; Prémont, Marie-Claude (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-03-09)
      Trois questions sont à l’origine de ce texte. Sur le plan juridique, les règles inscrites aux lois municipales sont-elles suffisantes pour prévenir et éradiquer les nombreux problèmes soulevés par le vérificateur général de la ville de Montréal et les médias au cours des derniers mois ? Sur le plan politique, les contribuables et les citoyens ne seraient-ils pas mieux représentés et servis par des élus indépendants plutôt que par des élus membres de partis politiques municipaux ? Sur le plan administratif, comment la machine municipale peut-elle se protéger pour éviter qu’elle ne devienne complice des effets pervers des interactions, multiples et inévitables, entre le système politique et certains intérêts particuliers ? Après avoir abordé ces questions, les auteurs émettent le souhait que, au-delà des nécessaires appels à la vigilance éthique des acteurs municipaux, s’enclenche une délibération en profondeur sur les principes d’éthique publique qui devraient guider le fonctionnement de nos institutions politiques et administratives à tous les niveaux.
    • Éthique et démocratie municipale : pourquoi parler d’éthique

      Gagné, Florent (Éditions Nota beneÉthique publique, 2011-03-09)
      Plus qu’un élément de réflexion philosophique, plus qu’une mode, l’éthique est devenue une condition de succès du fonctionnement d’une saine démocratie… et particulièrement de la démocratie locale, où le nombre élevé d’acteurs, l’éclatement des structures et l’importance des fonctions exercées exigent une confiance solide et soutenue entre les administrateurs et les administrés. Si le comportement éthique est d’abord et avant tout une responsabilité personnelle appuyée sur des valeurs de probité, de droiture et de justice, il revient à l’institution municipale d’en faciliter l’exercice par la définition d’un cadre et de règles déontologiques appropriés. Le développement d’une culture éthique forte contribue à son tour à la consolidation de la démocratie, avec les droits et libertés qu’elle apporte.