International Development Policy | Revue internationale de politique de développement is a peer-reviewed, open access e-journal that publishes original, interdisciplinary, policy-relevant papers in the field of international cooperation and development. Anchored in Geneva at the Graduate Institute of International and Development Studies, it publishes contributions by researchers and reflective practitioners worldwide. Our articles aim to contribute both to scholarly discourse and to policy and practice in the field of international cooperation and development.

News

The Globethics.net library contains articles of International Development Policy as of vol. 1(2010) to current.

Recent Submissions

  • Brokerage, compensation and reproduction of the discharge

    Benidir, Mohammed (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2021-04-20)
    Community reparation for the areas affected by the presence of secret detention centers during the “Years of Lead” (1992-2002), and the development of areas impacted by mining operations were two programs initiated in the framework of the associative seminars organized in 2004 and 2012, respectively, in Zagora, south-eastern Morocco. The compensation for the collective harm suffered by the communities living near the detention centers and mining sites raises questions about the reproduction of discharge strategies through associative brokers and local notables. Exploring how compensation is allocated across different geographical scales, this article highlights the contrast between the rise to generality of the former and the descent to particularity of the latter. It shows how these contrasts shed light on the approaches to collective loss evaluation adopted by the State, the mining company, brokers, notables and activists. As well as analyzing the compensation of affected communities, it examines how these actors are themselves remunerated in return for this discharge and delegation, and the ensuing benefits reaped by both the State and the mining company in their policies defended by these intermediaries.
  • From the Formulation of a National Policy to the Compilation of Social Protection Actions: A Case of ‘Non-design’ in Burkina Faso

    Kadio, Kadidiatou; Dagenais, Christian; Ridde, Valery (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2019-08-12)
    To improve the social protection of its population, Burkina Faso adopted a national policy in 2012. This paper analyses the process whereby this policy was formulated, looking at the issue from the standpoint of ‘policy design’ (Howlett and Mukherjee, 2014). Conducted in accordance with an inductive qualitative approach, the collection and analysis of the data show that this process of formulation has led neither to reflecting on the problem to be solved nor to identifying the specific needs of the beneficiaries. Nor has it led to evaluating the potential outcomes of the proposed solutions in order to choose the most appropriate ones. The authors are thus led to an empirical observation of ‘non-design’. This policy boils down to a document whose all-encompassing content brings together every conceivable action of social protection, without any arbitration. Three factors have contributed to this non-formulation: (1) the lack of clear government direction to guide discussions; (2) a weakness of support and of political will, resulting in a low degree of involvement in the process on the part of high-level decision makers; and (3) conceptual and technical misunderstandings on the part of national stakeholders in social protection—so much so that they have simply relied on the advice of international bodies. The government announced its intention of playing a leading role in the process of formulating this policy, but this was a purely rhetorical declaration. The study shows that leadership and political will have been lacking, particularly when it has come to channelling the respective interests of the stakeholders and managing the contradictions that hinder the formulation of a coherent policy adapted to the needs of the population.
  • Courtage, compensation et reproduction de la décharge

    Benidir, Mohammed (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2021-03-01)
    La réparation communautaire des régions touchées par la présence des centres de détention secrets durant les « années de plomb » (1992-2002) et le développement des zones affectées par l’exploitation minière sont deux programmes initiés dans le cadre de séminaires associatifs organisés respectivement en 2004 et en 2012 à Zagora, dans le sud-est du Maroc. La compensation du préjudice collectif dont font l’objet les communautés riveraines des centres et des sites d’exploitation incite à questionner la reproduction de la décharge par le biais des courtiers associatifs et des notables locaux. Le présent article démontre que la localisation de la compensation met en contraste la montée en généralité pour les premiers et la descente en particularité pour les seconds. Il analyse comment ces contrastes donnent sens à l’évaluation des préjudices collectifs par l’État, la compagnie minière, les courtiers, les notables et les militants. Outre la compensation des communautés touchées, il passe au crible de l’analyse les rétributions que ces acteurs tirent eux-mêmes en contrepartie de la décharge et enfin celles que l’État et la holding minière retirent tous deux dans leur politique défendue par ces derniers.
  • De la formulation d’une politique nationale à la compilation d’actions de protection sociale : un cas de « non-design » au Burkina Faso

    Kadio, Kadidiatou; Dagenais, Christian; Ridde, Valery (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2018-10-10)
    Pour améliorer la protection sociale de sa population, le Burkina Faso a adopté une politique nationale en 2012. Cet article analyse le processus de formulation de cette politique en s’appuyant sur la perspective du « policy design » (Howlett et Mukherjee, 2014). Menées conformément à la démarche qualitative inductive, la collecte et l’analyse des données montrent que ce processus de formulation n’a permis ni de mener une réflexion sur le problème à résoudre, ni d’identifier les besoins spécifiques des bénéficiaires, ni d’évaluer les résultats potentiels des solutions proposées dans le but de choisir les plus appropriées. Les auteurs aboutissent donc à un constat empirique de « non-design ». Cette politique se résume à un document dont le contenu tous azimuts rassemble toutes les actions envisageables de protection sociale, sans aucun arbitrage. Trois facteurs ont favorisé cette non-formulation : (1) le manque d’orientations gouvernementales claires pour guider les discussions ; (2) la faiblesse du soutien et de volonté politique – se traduisant par la faible implication des décideurs de haut niveau dans le processus ; et (3) les méconnaissances conceptuelle et technique des acteurs nationaux en matière de protection sociale – si bien qu’ils se sont contentés d’avoir recours aux conseils des organismes internationaux. Le gouvernement a annoncé son intention de jouer un rôle prépondérant dans le processus de formulation de cette politique mais il s’est agit d’une déclaration rhétorique. L’étude a en effet montré que le leadership et la volonté politique ont manqué, notamment pour canaliser les intérêts respectifs des acteurs et gérer les contradictions qui font obstacle à la formulation d’une politique cohérente et adaptée aux besoins de la population.
  • The Emigration of Algerian Doctors: A Normal Phenomenon or a Real Exodus?

    Zehnati, Ahcene (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2021-02-15)
    The purpose of this article is to understand the phenomenon of medical migration in Algeria over at least three decades. Using different data sources, we have calculated emigration rates overall and in certain specialities. We have also looked at doctors’ salaries in the public sector to assess whether they are well or poorly paid in comparison with executives in the economic sector, doctors in the private sector, and those practising in certain foreign countries. According to our estimates, the emigration of Algerian doctors cannot be considered as a real exodus if we focus on those who qualified in Algeria and practise in France. The migration ratio of this population was 8.63% in 2016. On the other hand, if we consider the place of birth, it rises to 23.35%, a rate close to those recorded by some countries in sub-Saharan Africa which are experiencing a worrying exodus. A shortage of doctors threatens certain specialities particularly affected by emigration, such as radiology (24.69%), nephrology (24.85%), and especially psychiatry (40.27%). Whatever their rank, doctors in the public sector are relatively better paid than executives in the economic sector, but much less than doctors practising in the private sector and those practising in certain foreign countries. Financial reasons alone cannot explain the decision to emigrate taken by many Algerian doctors. It is therefore necessary to seek other reasons for emigration.
  • L’émigration des médecins algériens : phénomène normal ou véritable exode ?

    Zehnati, Ahcène (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2021-01-18)
    L’objet de cet article est de tenter d’appréhender le phénomène de la migration médicale que connaît l’Algérie depuis au moins trois décennies. À partir de différentes sources de données, nous avons calculé des taux d’émigration à l’échelle globale et dans certaines spécialités. Nous nous sommes intéressés également aux niveaux de rémunération des médecins dans le secteur public pour évaluer s’ils sont bien ou mal rémunérés en comparaison avec les cadres du secteur économique et les médecins du secteur privé et ceux exerçant dans certains pays étrangers. D’après nos estimations, l’émigration de médecins algériens ne saurait être considérée comme un véritable exode si l’on s’intéresse à ceux qui ont obtenu leur diplôme en Algérie et exercent en France. Le ratio d’émigration de cette population s’élevait à 8,63 % en 2016. En revanche, si l’on considère le lieu de naissance, celui-ci s’élève à 23,35 %, un taux avoisinant ceux enregistrés par certains pays d’Afrique subsaharienne qui connaissent un exode inquiétant. Des pénuries de médecins menacent certaines spécialités particulièrement touchées par l’émigration à l’instar de la radiologie (24,69 %), de la néphrologie (24,85 %) mais surtout de la psychiatrie (40,27 %). Quels que soient leurs grades, les médecins du secteur public sont relativement mieux rémunérés que les cadres du secteur économique, mais beaucoup moins que les médecins exerçant dans le secteur privé et ceux exerçant dans certains pays étrangers. Le motif financier à lui seul ne peut expliquer la décision de migrer prise par de nombreux médecins algériens. Il y a donc lieu de chercher d’autres mobiles d’émigration.
  • De la formulation d’une politique nationale à la compilation d’actions de protection sociale : un cas de « non-d

    Kadio, Kadidiatou; Dagenais, Christian; Ridde, Valery (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2018-10-10)
    Pour améliorer la protection sociale de sa population, le Burkina Faso a adopté une politique nationale en 2012. Cet article analyse le processus de formulation de cette politique en s’appuyant sur la perspective du « policy design » (Howlett et Mukherjee, 2014). Menées conformément à la démarche qualitative inductive, la collecte et l’analyse des données montrent que ce processus de formulation n’a permis ni de mener une réflexion sur le problème à résoudre, ni d’identifier les besoins spécifiques des bénéficiaires, ni d’évaluer les résultats potentiels des solutions proposées dans le but de choisir les plus appropriées. Les auteurs aboutissent donc à un constat empirique de « non-design ». Cette politique se résume à un document dont le contenu tous azimuts rassemble toutes les actions envisageables de protection sociale, sans aucun arbitrage. Trois facteurs ont favorisé cette non-formulation : (1) le manque d'orientations gouvernementales claires pour guider les discussions ; (2) la faiblesse du soutien et de volonté politique – se traduisant par la faible implication des décideurs de haut niveau dans le processus ; et (3) les méconnaissances conceptuelle et technique des acteurs nationaux en matière de protection sociale – si bien qu’ils se sont contentés d’avoir recours aux conseils des organismes internationaux. Le gouvernement a annoncé son intention de jouer un rôle prépondérant dans le processus de formulation de cette politique mais il s’est agit d’une déclaration rhétorique. L’étude a en effet montré que le leadership et la volonté politique ont manqué, notamment pour canaliser les intérêts respectifs des acteurs et gérer les contradictions qui font obstacle à la formulation d’une politique cohérente et adaptée aux besoins de la population.
  • Los impactos de género de las políticas de drogas en las mujeres: estudios de casos en México

    Giacomello, Corina (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2020-12-01)
    Este trabajo se centra en mujeres acusadas de delitos relacionados con drogas y en mujeres que usan drogas, desde la perspectiva de la intersección de tres ejes: i) las relaciones y los sistemas de género, ii) el desarrollo y iii) las políticas de drogas. Tiene como fin analizar el impacto de las políticas de drogas en las mujeres desde una perspectiva de género, enfocándose en dos grupos de “mujeres detenidas”: mujeres privadas de la libertad y mujeres en centros de tratamiento de uso de drogas. En este artículo se sostiene que las políticas de drogas actuales son parte integrante de estructuras patriarcales que fundamentan la violencia contra las mujeres, niñas, niños y adolescentes, y que socavan la igualdad de género y el desarrollo. Por medio de la prohibición, el marco internacional de fiscalización de las drogas genera mercados de drogas ilícitas y organizaciones de narcotráfico que reflejan sistemas de género hegemónicos y consideran a las mujeres, niñas, niños y adolescentes como objetos desechables. Estas reproducen, además, estructuras sexistas que conducen a la explotación laboral de mujeres por parte de sus parejas masculinas, a relaciones patriarcales en contextos de trabajo remunerado ilícito, así como a la violencia y a una cultura patriarcal. Otros resultados directos de la implementación de políticas internacionales en materia de drogas son el uso de la encarcelación como medida disuasoria y la reclusión de un número cada vez mayor de mujeres por delitos de drogas. También en el caso de las mujeres que consumen drogas, las políticas de drogas actuales contribuyen, mediante elementos prácticos y discursivos, a la reproducción y la justificación de la violencia contra las mujeres y las niñas. Las mujeres privadas de la libertad de los dos grupos analizados en este capítulo, en lugar de estar acompañadas por comunidades, familias e instituciones estatales que se ocupen de su sufrimiento y de los delitos que se cometen en su contra, y que intenten repararlos, se encuentran aún más aisladas como consecuencia de su internamiento en recintos legales o ilegales en los cuales sigue reproduciéndose la violencia contra las mujeres y se frena el desarrollo.
  • Gouvernance informelle : Perspectives comparatives sur la cooptation, le contrôle et la dissimulation au Rwanda, en Tanzanie et en Ouganda.

    Baez Camargo, Claudia; Koechlin, Lucy (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2020-11-17)
    Cet article propose un nouveau cadre conceptuel pour qualifier et évaluer le répertoire des pratiques utilisées par les réseaux informels dans le but de redistribuer le pouvoir et l’accès aux ressources. Ces normes et pratiques distinctes font l’objet d’une typologie comprenant la cooptation, le contrôle et la dissimulation. La cooptation implique le recrutement dans le réseau par le biais d’échanges réciproques de faveurs. Le contrôle est destiné à garantir la discipline parmi les membres du réseau au moyen de l’humiliation et de l’isolement social. La dissimulation fait référence aux apparences formelles derrière lesquelles se cache l’informalité et a pour objet la protection et la légitimation du réseau. Ces trois modalités sont pertinentes pour parvenir à une conception plus détaillée de la corruption et de ses fondements. Les résultats de notre recherche comparative dans trois pays d’Afrique de l’Est (le Rwanda, la Tanzanie et l’Ouganda) laissent à penser que ces pratiques informelles sont pertinentes pour comprendre les choix et les attitudes des fournisseurs et usagers des services publics à l’échelle locale. L’adoption de ce prisme d’analyse permet d'expliquer l’impact limité des recommandations conventionnelles de lutte contre la corruption et fournit une base au développement de stratégies alternatives qui exploitent le potentiel des dynamiques des réseaux sociaux pour favoriser des résultats positifs contre la corruption.
  • La protection de la santé au Ghana et au Sénégal : Quel est le rôle de l’Organisation internationale du travail (OIT) ?

    Alenda-Demoutiez, Juliette; Asomaning Antwi, Abena; Mendo, Elvire; Ba, Zrampieu Sarah (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2020-11-17)
    En Afrique de l’Ouest, le droit d’accès à la sécurité sociale universelle est loin d’être respecté. Les institutions internationales et les gouvernements africains se mobilisent depuis de nombreuses années pour lutter contre ce phénomène. Dans un rôle qui a évolué au fil des années, l’Organisation internationale du travail (OIT) fournit à cet égard une aide technique et financière aux pays de la région. Comment et pourquoi l’OIT intervient dans la protection de la santé des populations d’Afrique de l’Ouest ? Dans le cadre de cette étude institutionnelle, notre méthodologie s’appuie sur une revue de la littérature consacrée à l’histoire du rôle de l’OIT dans le domaine de la protection des services de santé en Afrique de l’Ouest, plus particulièrement au Ghana et au Sénégal. Nous montrons l’engagement de l’OIT depuis les années 1990 pour deux raisons principales : en premier lieu, le manque d’accès aux services de santé dans des pays caractérisés par une forme de travail spécifique ; en second lieu, le rejet de l’idée de protection sociale par les acteurs dominants sur la scène internationale, qui provoque des critiques dans le sillage des programmes d’ajustement structurel. Dans les contextes du Ghana et du Sénégal, deux pays ayant vécu le passage de mécanismes de santé communautaires vers une couverture sanitaire universelle, nous expliquons que l’OIT peut intervenir techniquement, institutionnellement et financièrement de plusieurs manières. L’une des découvertes importantes est la révélation du caractère systémique de l’approche développée par l’OIT à l’égard de la protection de la santé. En comparaison d’autres organisations internationales, elle fait appel à des solutions alternatives pour traiter la question de la protection sociale dans l’économie informelle. Mais cette approche est sous-évaluée au regard de la situation critique en Afrique et de la nécessité d’améliorer l’accès aux services de santé et de se rapprocher des objectifs de développement durable.
  • Les conséquences genrées des politiques en matière de drogues pour les femmes: études de cas au Mexique

    Giacomello, Corina (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2020-11-16)
    Cette contribution analyse la situation de femmes impliquées dans des délits liés aux stupéfiants ou à leur consommation, en croisant trois axes : i/les rapports de genre et systèmes de genre, ii/le développement et iii/ les politiques en matière de drogues. L’auteure analyse les conséquences de la politique de lutte contre les drogues dans une perspective de genre, en portant une attention particulière sur deux groupes de « femmes en détention » : les femmes en prison et celles qui sont dans des centres de traitement résidentiels. Elle montre que les politiques actuelles en matière de drogues participent de structures patriarcales qui sont à l'origine des violences envers les femmes et les enfants et empêchent l’égalité de genre et le développement. Le cadre international de lutte contre la drogue, fondé sur la prohibition, génère des marchés illégaux et des organisations de trafic de drogues, qui reflètent des systèmes genrés hégémoniques et traitent les femmes et les enfants comme des objets jetables. Il maintient des structures sexistes qui perpétuent l'exploitation du travail des femmes par leurs compagnons, des relations patriarcales dans le travail salarié illégal et une violence et une culture patriarcales. Les autres résultats directs de la mise en œuvre des politiques internationales contre les drogues sont l’utilisation de l’incarcération comme moyen de dissuasion et l’augmentation du nombre de femmes en prison pour des délits liés aux stupéfiants. De même, pour celles qui consomment de la drogue, les politiques actuelles contribuent par des éléments pratiques et discursifs à la reproduction et à la justification de la violence faite aux femmes et aux filles. Les deux groupes de femmes en détention analysés dans ce chapitre ne sont pas accompagnés par leurs communautés, leurs familles ou des institutions publiques qui répondraient et tenteraient d'alléger leur souffrance et les crimes commis à leur encontre. Au contraire, ces femmes sont davantage isolées, de manière institutionnalisée, dans divers espaces légaux ou illégaux où la violence à leur encontre se reproduit et le développement est empêché.
  • Faire la guerre. Les zones de conflits et leurs conséquences sur les politiques en matière de drogues

    Reitano, Tuesday (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2020-11-04)
    L’économie de la drogue a émergé comme un facteur majeur d’exacerbation de la violence, de complication des négociations de paix et de corruption des transitions de situations de guerres vers la paix. Les chaînes de trafic s'étendent entre les différents continents même si elles prennent ancrage dans des États fragiles et traversés par des conflits, où des acteurs de la violence peuvent exploiter le « paradigme de la gouvernance violente » pour asseoir leur influence économique, politique et sociale. Lorsque cela s’articule avec le régime international de lutte contre les stupéfiants, les conséquences sont négatives pour la résolution des conflits ainsi que pour les trajectoires de développement pour ceux dont les moyens de subsistance dépendent de l’économie de la drogue. On peut plaider en faveur d’une approche de réduction des risques, mais la communauté des professionnels sur les politiques en matière de drogues doit encore démontrer qu’elle peut fournir des alternatives éprouvées au-delà de la question de la culture des plantes pour les acteurs qui se situent plus loin dans les chaînes d’approvisionnement en drogue.
  • La participation significative des « parties prenantes » dans les débats internationaux sur les politiques en matière de drogues—un commentaire politique

    Fordham, Ann (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2020-11-04)
    Cette contribution vise à répondre à trois questions essentielles concernant la participation de la société civile dans l’élaboration des politiques internationales en matière de drogues. D’abord, qui sont les « parties prenantes » pertinentes et quels sont leurs possibilités de participation aux débats sur le sujet aux Nations Unies ? Ensuite, certaines de ces parties prenantes sont-elles parvenues à influencer de manière positive l’orientation des politiques internationales en matière de drogues ? Et troisièmement, qui sont les communautés les plus affectées et quelles actions pourraient être entreprises pour améliorer leur participation effective à l’élaboration des politiques anti-drogue qui affectent directement leurs vies ? À partir d’un examen de la terminologie entourant les notions de société civile, de parties prenantes, et des communautés les plus affectées, la contribution prône une distinction plus claire entre les « détenteurs de droits » et les « porteurs de devoirs ». Masquer les déséquilibres de pouvoir inhérents entre les différentes parties prenantes risque de minorer les droits des communautés affectées et de légitimer une place à la table des négociations pour les entreprises en tant qu’« acteurs égaux » en dépit d'intérêts fondamentalement différents. En conclusion, cette contribution montre que l’implication croissante, durant cette dernière décennie, de la société civile et de certaines institutions des Nations Unies autour de la Session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations unies sur le problème mondial de la drogue (UNGASS) de 2016 a influencé de manière marquante le débat international sur les politiques en matière de drogues en permettant de porter plus d’attention aux questions liées à la santé, aux droits humains et au développement.
  • La participación significativa de los “interesados” en los debates sobre las políticas mundiales de drogas: un análisis de política

    Fordham, Ann (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2020-10-27)
    En la presente reflexión política se pretenden abordar tres preguntas fundamentales relacionadas con la participación de la sociedad civil en la formulación de políticas internacionales de drogas. En primer lugar, ¿cuáles son las “partes interesadas” pertinentes y qué posibilidades tienen estas de participar en las discusiones sobre políticas de drogas en el marco de las Naciones Unidas? En segundo lugar, ¿han sido capaces algunas “partes interesadas” de influenciar positivamente la orientación de las políticas de drogas mundiales? Y en tercer lugar, ¿cuáles son las comunidades “más afectadas” por dichas políticas y cómo podría ampliarse su compromiso significativo en la definición de aquellas políticas que tienen repercusiones directas en sus propias vidas? Mediante el desglose de la terminología existente en torno a la sociedad civil, las partes interesadas y las comunidades más afectadas, el presente capítulo aboga por un distinción más clara entre los “titulares de derechos” y los ‘titulares de obligaciones”. El ocultamiento de los desequilibrios de poder intrínsecos que existen entre las distintas partes interesadas podría disminuir los derechos de las comunidades afectadas y legitimar que las empresas ocupen un lugar en los debates como “protagonistas plenos”, a pesar de tener intereses fundamentalmente distintos. Esta reflexión concluye que en la última década, la participación creciente de la sociedad civil y de otras entidades de la ONU en torno al Período extraordinario de sesiones de 2016 de la Asamblea General de las Naciones Unidas sobre el problema mundial de las drogas (UNGASS), ha ejercido una influencia notable en el debate sobre las políticas internacionales de drogas, al trasladar una mayor atención hacia las cuestiones de la salud, los derechos humanos y el desarrollo.
  • Réglementation du cannabis et développement : vers un commerce (plus) équitable pour les marchés licites émergents

    Bewley-Taylor, David; Jelsma, Martin; Kay, Sylvia (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2020-10-19)
    Des changements politiques importants ont mené à un développement sans précédent du marché du cannabis licite tandis qu’un nombre croissant de pays s’orientent vers la légalisation de l’usage récréatif de cette plante pour les adultes. Cette tendance peut présenter de nombreux avantages, même si l’on peut s’inquiéter de la concurrence acharnée que se livrent les nombreuses entreprises des pays du Nord, qui commercialisent le cannabis, pour mettre la main sur ces nouvelles parts de marché qui ne cessent de s’ouvrir dans un marché mondial représentant déjà plusieurs milliards de dollars. Cela risque d’exclure des marchés émergents les petits cultivateurs traditionnels des pays du Sud. De fait, ceux qui tentent de sortir de l'illégalité sont confrontés à d'énormes problèmes en raison de l'héritage de la criminalisation et des barrières juridiques et administratives qui empêchent d’entrer sur ce marché émergent. Face à un marché mondial du cannabis en surchauffe et extrêmement compétitif, la conquête et la protection des espaces commerciaux pour les petits agriculteurs des pays traditionnellement producteurs supposeront nécessairement la mise en place de politiques de discrimination positive et d’un contrôle des investissements étrangers et des sociétés transnationales, mais aussi de stratégies commerciales et de mesures législatives bien conçues. Après avoir exploré certaines questions essentielles autour du cannabis et du développement, cet article se conclura par quelques réflexions importantes et en proposant un ensemble de principes fondamentaux à la promotion et au développement d’un marché du cannabis (plus) équitable.
  • Regulación del cannabis y desarrollo: alternativas comerciales (más) justas para mercados legales emergentes

    Bewley-Taylor, David; Jelsma, Martin; Kay, Sylvia (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2020-10-19)
    Los importantes cambios en las políticas han dado lugar a un auge sin precedentes de los mercados del cannabis medicinal, y un número creciente de países avanza hacia una reglamentación jurídica de su consumo no médico por parte de adultos. Es probable que esta tendencia aporte una serie de beneficios. No obstante, la preocupación aumenta respecto al surgimiento de una gran cantidad de empresas de cannabis con fines de lucro originarias del Sur global, las cuales compiten ferozmente para apoderarse de los espacios lícitos que se están abriendo en la actualidad en un mercado internacional del cannabis de miles de millones de dólares. Esta situación amenaza con expulsar a los pequeños agricultores tradicionales del Sur global de los mercados legales emergentes. Aquellos que intentan abandonar su condición de ilegalidad se ven enfrentados a enormes dificultades como consecuencia de una combinación de herencia de la penalización y obstáculos administrativos para la legalización. Ante el actual recalentamiento de un mercado dominado por las empresas, la conquista de espacios y la protección de estos para los pequeños agricultores requerirán acciones positivas, reglamentación de la inversión extranjera y una buena concepción de estrategias legislativas y de mercado. Esta reflexión política analiza el desarrollo de las dinámicas de mercado desde una perspectiva de desarrollo, ofreciendo un conjunto de principios orientadores y proposiciones de acción sobre las cuales construir un modelo de regulación comercial del cannabis más equitativo y (más) justo.
  • Tenter d’être toutes choses pour tous les humains : le développement alternatif en Afghanistan

    Mansfield, David (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2020-10-19)
    Le développement alternatif n’a pas eu beaucoup de succès en Afghanistan. Compris et mis en œuvre comme des interventions localisées pensées pour réduire la culture de plantes psychotropes, ces projets n’ont pas atteints leurs objectifs dans le courant des années 1990. Après 2001, avec la chute du régime des Talibans, une croissance inédite des niveaux de production de pavot à opium, et une arrivée en quantité non négligeable de programmes d’aide, le développement alternatif en est venu à revêtir des significations différentes en fonction des personnes en Afghanistan. Pour certains, le développement alternatif s’est poursuivi sous la forme d’interventions de court terme prévues pour obtenir des communautés qu’elles acceptent de réduire la production d’opium ou pour récompenser celles qui l’avaient déjà fait. Pour d’autres, cela pouvait être tout programme de développement mis en œuvre dans une zone de culture de pavot avérée ou présumée, sans considération des causes du choix de culture et de la différence en fonction des zones, du genre ou du groupe socio-économique. L’auteur montre ici qu’un manque de cohérence et de clarté de l’approche — et en particulier l’absence d’articulation et de mise en œuvre d’une stratégie de soutien des agriculteurs en transition vers des cultures licites au sein d’un cadre changeant d’aide au développement — ont porté le développement alternatif et les efforts de réduction de la culture du pavot à opium par le biais du développement rural, aux marges de l’Afghanistan. Pour citer les Corinthiens, en tentant de « d’être toutes choses pour tous les humains », le développement alternatif n’a finalement sauvé personne.
  • Fiscalización de drogas y desarrollo: un punto ciego

    Buxton, Julia (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2020-10-15)
    Los aspectos de desarrollo han sido fundamentales para las políticas internacionales en materia de drogas desde que se implementaron, hace más de un siglo, las primeras medidas tendientes a crear un sistema internacional de control en esta materia. La estrategia elaborada para limitar el cultivo de plantas que alteraban el estado mental y de ánimo impuso unos costes desproporcionados a las regiones de cultivo en el Sur global. Esta carga se agudizó durante la posguerra, como asimismo cuando la Convención Única de 1961 sobre Estupefacientes y la “guerra contra las drogas” iniciada por los Estados Unidos en los años 1970, institucionalizaron los “narcóticos” como un problema de carácter securitario y de la esfera de las fuerzas del orden. Pese a la penalización y a las medidas coercitivas de lucha contra las drogas adoptadas por los Estados Unidos, el cultivo ilegal de plantas narcóticas (adormidera, coca) persiste y ha alcanzado índices sin precedentes a partir de 2015. En décadas recientes se observa una comprensión cada vez mayor del papel impulsor que desempeña el déficit de desarrollo en la continuidad de los cultivos ilegales. Sin embargo, junto a la implementación de medidas de alto nivel con el fin de fomentar la creación de vínculos temáticos e interinstitucionales entre las estrategias de lucha contra las drogas y los objetivos de desarrollo mundiales, se asiste a una reinvención de estrategias ortodoxas de fiscalización de drogas y de reducción de la pobreza. Estas no registran resultados sostenibles ni generan preocupación respecto a los efectos contraproducentes que supone tal reproducción de políticas. Al remendar ideas nuevas dentro de paradigmas deficientes, el desarrollo alternativo se entiende más como un “bricolaje de políticas”.
  • Contrôle des drogues et développement : un angle mort des politiques internationales

    Buxton, Julia (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2020-10-15)
    La question du développement a été au centre de la politique anti-drogue internationale depuis les premiers pas timides du régime de contrôle mondial des stupéfiants, il y a plus d’un siècle. Mais la stratégie conçue pour limiter la culture des plantes psychotropes a imposé un coût disproportionné aux territoires du Sud. Ce fardeau s’est alourdi dans l’après-guerre et lorsque la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 et la « guerre contre la drogue » lancée par les États-Unis dans les années 1970 ont institutionnalisé les stupéfiants comme un enjeu de sécurité et une préoccupation policière. En dépit de la pénalisation et des efforts d’éradication coercitifs menés par les États, la culture illicite de plantes narcotiques (pavot à opium et coca) a persisté et elle a même atteint des niveaux records à partir de 2015. De fait, la perception du rôle moteur joué par des déficits de développement dans la culture illicite durable s’est améliorée ces dernières décennies. Néanmoins, des efforts importants visant à renforcer les liens interinstitutionnels et thématiques entre la stratégie anti-drogue et les objectifs de développement ont entrainé une réinvention des approches orthodoxes du contrôle de la drogue comme de la réduction de la pauvreté. Aucune de ces approches n’a toutefois connu de succès durable ou n’a soulevé de préoccupations quant aux effets contre-productifs de la reproduction de telles politiques. En rassemblant de nouvelles idées au sein de paradigmes défaillants, le développement alternatif se comprend mieux comme un « bricolage politique ».
  • Acción bélica: las zonas de conflicto y su repercusión en las políticas sobre drogas

    Reitano, Tuesday (Institut de hautes études internationales et du développementInternational Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2020-10-14)
    La economía de las drogas ilícitas ha surgido como un factor preponderante de agravamiento de la violencia, de obstaculización de las negociaciones de paz y de corrupción de la transición de la guerra a la paz. Las cadenas de narcotráfico se extienden a través de continentes enteros, consolidándose a menudo en Estados frágiles y en situación de conflicto en los cuales los agentes violentos pueden sacar provecho de un “paradigma de gobernanza violenta” para afianzar su influencia económica, política y social. Se ha comprobado que lo anterior, combinado con el sistema internacional de detección y represión existente en materia de estupefacientes, tiene consecuencias adversas en la resolución de los conflictos, así como en las trayectorias de desarrollo de largo plazo de aquellas personas cuyas fuentes de ingresos dependen de la economía de las drogas. Si bien se justificaría la aplicación de una estrategia de reducción de los efectos negativos, se requiere que los encargados de las políticas sobre drogas demuestren ser capaces de proponer alternativas válidas que trasciendan la fase de cultivo y que se dirijan a agentes situados más adelante en la cadena de oferta de drogas.

View more