Show simple item record

dc.contributor.authorWesche, Marjorie Bingham
dc.date.accessioned2019-09-23T13:09:53Z
dc.date.available2019-09-23T13:09:53Z
dc.date.created2018-09-14 23:10
dc.date.issued1989-12-31
dc.identifieroai:cjhe.journals.publicknowledgeproject.org:article/183064
dc.identifierhttp://journals.sfu.ca/cjhe/index.php/cjhe/article/view/183064
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/20.500.12424/21602
dc.description.abstractCet article présente les résultats de trois études portant sur les diplômés d'immersion de la région d'Ottawa. La première étude vise à présenter les cours de français offerts à des apprenants de langue seconde de niveau universitaire. Cette étude a été menée dans quatre universités où étudient la majorité des diplômés d'immersion de la région d'Ottawa; soit les universités d'Ottawa, Carleton, Queen's etMcGill. L'étude offre une description des choix de cours, des programmes et des services offerts en français depuis 1985. La seconde étude comprenait une enquête sur les études antérieures enfrançais de tous les étudiants anglophones de première année de l'Université d'Ottawa en 1987. De plus, elle cherchait à connaître leurs intentions quant à l'utilisation de leur langue seconde. L'étude a démontré que plus de 20% de ces étudiants avaient suivi un programme d'immersion et que la majorité voulait poursuivre des études de français. La troisième étude, de type longitudinal, a permis de suivre, de 1985 à 1988, un groupe d'étudiants universitaires diplômés d'immersion. Au début de leurs études universitaires, ces étudiants avaient une compétence fonctionnelle élevée en français (bien que moins élevée que celle d'un locuteur natif). De plus, cette compétence restait élevée tout au long de leurs études universitaires. Cependant, en première comme en troisième année, ils disaient utiliser assez peu leur langue seconde à l'extérieur de la classe et ne suivre que quelques cours enfrançais. Les participants à cette étude ont affirmé qu'ils évitent de suivre leurs cours en français de peur d'obtenir des notes peu élevées ou à cause du nombre restreint de cours optionnels au sein de leur programme universitaire. En s'inspirant de ces raisons évoquées par les étudiants, l'auteure propose des changements aux niveaux pédagogique et administratif afin d'encourager ces étudiants à suivre plus de cours en français.
dc.format.mediumapplication/pdf
dc.language.isoeng
dc.publisherCanadian Journal of Higher Education
dc.relation.ispartofhttp://journals.sfu.ca/cjhe/index.php/cjhe/article/view/183064/183042
dc.sourceCanadian Journal of Higher Education; Vol 19 No 3 (1989); 29-41
dc.titleLes diplômés de l'immersion: implications dans le domaine de l'enseignement du français
dc.typeinfo:eu-repo/semantics/article
ge.collectioncode0316-1218
ge.dataimportlabelOAI metadata object
ge.identifier.legacyglobethics:15473977
ge.identifier.permalinkhttps://www.globethics.net/gel/15473977
ge.lastmodificationdate2018-09-14 23:10
ge.lastmodificationuseradmin@pointsoftware.ch (import)
ge.submissions0
ge.oai.exportid149154
ge.oai.repositoryid98553
ge.oai.setnameArticles
ge.oai.setspeccjhe:ART
ge.oai.streamid2
ge.setnameGlobeEthicsLib
ge.setspecglobeethicslib
ge.linkhttp://journals.sfu.ca/cjhe/index.php/cjhe/article/view/183064


This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record