ThéoRèmes (Enjeux des approches empiriques des religions) has as its vocation to propose original works in the sciences of religions, be it in anthropology, sociology, psychology or cognitive sciences, but which always have a reflexive scope. Published online and in free access, it presents the current research in the francophone university but also in English. ThéoRèmes - Revue scientifique à l'intersection des sciences des religions, de la philosophie de la religion et de l'épistémologie. ThéoRèmes publie des dossiers thématiques et des articles au fil de l'eau classés par catégories. ThéoRèmes a pour vocation de proposer des travaux originaux en sciences des religions, que ce soit en anthropologie, sociologie, psychologie ou sciences cognitives, mais qui toujours possèdent une portée réflexive. Publiée en ligne et en accès libre, elle présente les recherches en cours dans l'université francophone mais aussi de langue anglaise. Elle contribue, à ce titre, à la communication scientifique sur l'étude du religieux et représente une base de données et de rencontres théoriques.

News

The Globethics.net library contains articles of Teología y Vida as of vol. 41(2000) to current.

Recent Submissions

  • La réalité conditionnelle du possible

    Margel, Serge (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2021-05-28)
    Cet article porte sur la théorie augustinienne du miracle. Il s’agit de montrer comment saint Augustin développe une conception naturaliste du miracle en inscrivant son phénomène dans les premiers principes de la création du monde. Qu’il soit considéré comme un événement, un signe ou un récit, le miracle n’entre jamais en contradiction avec les lois de la nature, mais il ne fait qu’en détourner le cours ordinaire. Le miracle est donc naturel en ce sens qu’il constitue toujours l’effet possible d’une cause naturelle, modifiée dans son cours ordinaire.
  • Rationalité et naturalisme des miracles

    Margel, Serge; Schmitt, Yann; Clavier, Paul; de Rochechouart, Alice; Margel, Serge; Pouivet, Roger; Schmitt, Yann (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2021-05-28)
  • Du miracle au miraculeux : une déconstruction derridienne du miracle

    de Rochechouart, Alice (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2021-05-28)
    Bien que le motif du miracle n’apparaisse que très rarement dans la philosophie derridienne, il est possible d’en proposer une caractérisation, évidemment bien éloignée de sa traditionnelle acception théologique. Ainsi, sous la plume de Derrida, le miracle devient la structure même de la croyance, impliquée dans toute adresse à autrui. Cette reconfiguration de la notion de croyance conduit alors à penser le miracle comme la foi nue, c’est-à-dire comme l’irréductibilité du religieux. De ce fait, le miracle n’est plus conçu comme ce qui déroge à la probabilité naturaliste : à l’inverse, la structure du miraculeux devient l’un des noms de l’éthique de l’impossible, sous les traits d’une structure aporétique de l’événementialité.
  • Hume : le remède-miracle (contre les miracles)

    Clavier, Paul (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2021-05-28)
    Hume, dans l’examen de la recevabilité d’un témoignage en faveur d’un prétendu miracle, énonce un critère simple : S est crédible en relatant M dans la mesure où la probabilité que S mente ou se trompe est plus faible que la probabilité que M ne se soit pas produit. L’application de ce critère se révèle malaisée. Elle met d’ailleurs Hume en porte-à-faux avec sa notion de lois de la nature. L’expérience, jusque-là ouverte à tout ce qui n’est pas contradictoire, devient tout à coup « solide et inaltérable ». En outre, si Hume suggère deux définitions du miracle, il ne fait jouer que celle qui omet l’intervention surnaturelle ! Hume évalue la probabilité des miracles en l’absence de considérations sur les raisons que la divinité aurait ou non de produire, et à quelle fréquence. La fin de non-recevoir est ici patente.
  • Les miracles sont-ils des fictions ?

    Pouivet, Roger (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2021-05-28)
    Les eaux se séparent au passage de la Mer rouge par les Hébreux. L’eau est transformée en vin par Jésus lors des Noces de Cana. Pour les chrétiens, ces événements miraculeux sont réellement ou vraiment arrivés. Mais les miracles ne sont-ils pas plutôt des fictions pleines d’un sens profond ? Les chrétiens ne sont-ils pas alors invités à faire comme si les miracles avaient eu lieu ? Les miracles ne sont-ils pas des fictions ? La thèse du fictionalisme répond positivement à ces questions. Cette thèse est parfois un présupposé de l’herméneutique du récit biblique. Le fictionalisme peut être théologique, c’est-à-dire complet : Dieu lui-même est une fiction ; il peut être partiel : les miracles seuls sont des fictions, pas Dieu. L’article montre cependant qu’un chrétien ne peut adhérer au fictionalisme. Il doit assumer la réalité des miracles. Il ne peut en faire une simple affaire d’interprétation et de sens profond. Il doit croire que les eaux se sont séparés quand le peuple juif a fui l’Égypte, que Jésus a bien changé l’eau en vin à Cana.
  • Rationalité et naturalisme des miracles

    Schmitt, Yann; Margel, Serge (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2021-05-28)
    Penser le miracle oblige à repenser le sens que nous pouvons et désirons encore lui donner. Qu’il puisse exister des miracles apparaîtra aisément comme une éventualité dépassée, parce que nous serions devenus plus lucides, plus éclairés, moins fascinés par le merveilleux et le surnaturel. Pourtant, la contestation habituelle de la possibilité des miracles risque de reposer sur une conception des miracles trop simplifiée et par conséquent incompatible avec les exigences de la pensée qu’elle so...
  • Le genre de la parabole démystifié sur les scènes de théâtre : lectures renouvelées de L’Enfant prodigue (1707-1736)

    Ferrier, Béatrice (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2019-08-19)
    Partant de trois réécritures théâtrales de la parabole de l’enfant prodigue jouées sur les scènes des jésuites, de la Foire et de la Comédie-Française, l’article s’attache à analyser les choix dramatiques, dramaturgiques et scéniques qui correspondent aux procédés narratologiques de la parabole pour en renouveler l’approche au début du XVIIIe siècle, tournant où s’opère un mouvement de laïcisation des sujets bibliques. Au guidage ouvert de la parole du Christ rapportée par Luc, succède une autre forme de guidage vers des interprétations diverses correspondant aux attentes du spectateur, et des lectures plurielles qui donnent à percevoir la littérarité du récit néotestamentaire.
  • La bague du Dauphin Guigues VIII (1309-1333)

    Kastler, Jean-Loup (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2020-12-10)
    Cet article a pour objectif principal de réinterroger les débats issus d’une exposition organisée en 2018 autour de la bague du Dauphin Guigues VIII (1309-1333) au musée de l’ancien évêché de Grenoble. A cette occasion, la mise en question de l’authenticité du joyau a malheureusement empêché toute réflexion sereine sur les origines du symbole delphinal comme blason dans le sud-est de la France. Qu’il soit authentique ou non, le caractère antique du camée en forme de dauphin qui orne ce bijou invitait pourtant à reprendre l’étude des relations entre Moyen Âge et Antiquité en Dauphiné. Le dauphin qui sert de blason aux princes de ce territoire n’est-il qu’un banal poisson chrétien ou tire-t-il son origine symbolique d’une culture mythologique héritée de l’Antiquité ? Peut-on considérer que le Dauphiné est la seule province de France à avoir fait du « merveilleux médiéval » son identité particulière ?
  • La bague du Dauphin Guigues VIII (1309-1333)

    Kastler, Jean-Loup (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2020-11-29)
    Cet article a pour objectif principal de réinterroger les débats issus d’une exposition organisée en 2018 autour de la bague du Dauphin Guigues VIII (1309-1333) au musée de l’ancien évêché de Grenoble. A cette occasion, la mise en question de l’authenticité du joyau a malheureusement empêché toute réflexion sereine sur les origines du symbole delphinal comme blason dans le sud-est de la France. Qu’il soit authentique ou non, le caractère antique du camée en forme de dauphin qui orne ce bijou invitait pourtant à reprendre l’étude des relations entre Moyen Âge et Antiquité en Dauphiné. Le dauphin qui sert de blason aux princes de ce territoire n’est-il qu’un banal poisson chrétien ou tire-t-il son origine symbolique d’une culture mythologique héritée de l’Antiquité ? Peut-on considérer que le Dauphiné est la seule province de France à avoir fait du « merveilleux médiéval » son identité particulière ?
  • Légitimation démocratique et souveraineté méta-juridictionnelle de l’État

    Nootens, Geneviève (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2020-02-07)
    L’idée que la légitimité libérale démocratique présuppose l’autorité ultime de l’État dans la résolution de la question de la frontière juridictionnelle dépend de l’ argument suivant lequel l’évolution vers des principes démocratiques aurait modifié la structure même de l’État, de sorte que l’exercice légitime de la souveraineté serait lié au respect des droits individuels. Or, c’est moins la souveraineté « westphalienne » comme revendication à la suprématie et à l’indépendance au nom de l’autonomie du politique qui s’est transformé, que la politique publique. L’article soutient que par conséquent, une tension persiste entre la légitimité démocratique et la souveraineté étatique.
  • La religion du libéralisme. Débats avec Cécile Laborde

    Boucher, François; Desmons, Ophélie (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2020-02-07)
    Cécile Laborde, philosophe française établie au Royaume-Uni, est déjà l'auteure d'une œuvre fournie et essentielle. Elle s'est, dans un premier temps, inscrite au sein de la philosophie républicaine, en publiant notamment Français, encore un effort pour être républicains ! (2010), ouvrage en français adapté d'un livre précédemment publié en anglais, Critical Republicanism: The Hijab Controversy and Political Philosophy (2008). En partant des controverses liées à la loi de 2004 interdisant le ...
  • Divinitia, Apostolica, Kazanistania : la guidance religieuse est-elle soluble dans le libéralisme ?

    Chauvier, Stéphane (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2020-02-07)
    Nous comparons trois sous-utopies, présentant des degrés variés d’emprise du religieux sur la vie civile d’une société : le Kazanistan de J. Rawls, l’Apolistica de S. May et la Divinitia de C. Laborde. Nous cherchons à montrer que contrairement à ce qu’elle affirme, la Divinitia de C. Laborde n’appartient pas, même de manière minimale, à la famille des sociétés libérales.
  • La religion du libéralisme

    Boucher, François; Desmons, Ophélie; Boucher, François; Chauvier, Stéphane; Desmons, Ophélie; Gosselin-Tapp, Jérôme; Laborde, Cécile; Leyva, Karel J.; Nootens, Geneviève; Seymour, Michel; et al. (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2020-02-07)
  • Faut-il élargir la raison publique ?

    Desmons, Ophélie (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2020-02-07)
    Dans Liberalism's Religion, Cécile Laborde plaide en faveur d'un élargissement de la raison publique. Elle rejette le critère de partageabilité et propose d'adopter le critère d'accessibilité. Un tel élargissement constitue apparemment une rupture par rapport à l'orthodoxie libérale. Cet article reconstruit les raisons qui conduisent Laborde à préférer le critère d'accessibilité à ses concurrents. Il cherche en outre à établir que, loin de conduire Laborde hors du camp libéral, ses positions révèlent qu'elle comprend mieux les libéraux qu'ils ne se sont eux-mêmes compris. Il propose enfin une réflexion sur la façon de structurer le débat démocratique consécutif à l'élargissement de la raison publique.
  • Conversation avec Cécile Laborde

    Laborde, Cécile; Boucher, François; Desmons, Ophélie (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2020-02-07)
    1. La philosophie politique contemporaine : en français et en anglais François Boucher (FB) : Votre travail semble habité par une volonté d'établir des ponts entre la pensée politique française et anglo-américaine. Cette volonté est déjà visible dans votre ouvrage de 2000, Pluralist Thought and the State in Britain and France (1900-1925), qui compare les penseurs pluralistes du début XXe en France et en Angleterre. Elle est également au cœur de Critical Republicanism, The Hijab Controversy an...
  • Libéralisme égalitariste, républicanisme critique et reconnaissance identitaire

    Leyva, Karel J. (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2020-02-07)
    Dans Liberalism’s religion, Laborde défend une position égalitariste libérale et aborde, dans une nouvelle perspective, certaines questions traitées dans ses écrits républicains. Cet article examine certaines de ces questions, en accordant une attention particulière à la place que la reconnaissance identitaire occupe dans les deux théories, la républicaine et la libérale, ainsi qu’au type de justification avancée dans les deux cas. L’article montre que la reconnaissance identitaire est passée d’un rôle périphérique et instrumental dans ses écrits républicains à un rôle central dans sa théorie libérale.
  • La religion libérale pour les personnes et pour les groupes

    Seymour, Michel; Gosselin-Tapp, Jérôme (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2020-02-07)
    Cet article vise à enrichir l’approche désagrégative proposée par Cécile Laborde dans Liberalism’s Religion [HUP, 2017] à l’aide de certaines intuitions rawlsiennes provenant de notre ouvrage La nation pluraliste [PUM, 2018]. En partant de la notion d’« accommodement raisonnable » telle que comprise dans le contexte légal du Québec et du Canada, nous parvenons à une interprétation des fondements normatifs de la distinction entre droits fondamentaux et accommodements qui repose sur la raison publique. La perspective que nous défendons permet ultimement d’admettre des droits fondamentaux à la fois pour les personnes et pour les groupes.
  • Quelques doutes sur la possibilité d’un libéralisme non sécularisé

    Spitz, Jean Fabien (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2020-02-07)
    Prenant acte du fait que, dans la définition de la laïcité, les problèmes de frontière entre l’État et la religion sont insolubles, Cécile Laborde propose de contourner ce problème en définissant seulement ce dont l’État libéral doit s’abstenir lorsqu’il justifie les contraintes qu’il impose : des idées inaccessibles, des représentations exclusives, discriminatoires, ou faisant allusion à une conception de la vie bonne. Si des idées ou représentations sont indemnes de ces caractéristiques, elles peuvent – religieuses ou non – figurer dans un discours public. Si elles ne le sont pas, elles sont interdites, qu’elles soient religieuses ou non. L’article émet quelques doutes sur la viabilité de cette analyse : peut-il exister des idées accessibles qui ne soient ni excluantes ni porteuses d’une conception compréhensive du bien tout en n’étant pas partagées au sens clivant du terme ? Peut-on réellement faire l’économie d’une définition du religieux pour tracer les limites de l’État libéral ?
  • Frontières de la liberté religieuse et exemptions individuelles

    Taher, Saaz (Association de la revue ThéoRèmesThéoRèmes, 2020-02-07)
    Dans le dernier chapitre de son ouvrage Liberalism’s Religion [2017], Cécile Laborde soutient que ce sont les pratiques et les croyances visant à protéger l’intégrité individuelle qui peuvent être candidates aux exemptions. Elle propose, de ce fait, deux tests (de sincérité et d’acceptabilité) afin d’évaluer le lien entre ces croyances et pratiques et l’intégrité de l’individu et envisage la mise en place d’un processus délibératif. Nous soutenons, dans cet article, que ces deux tests et la mise en place d’un processus délibératif ne sont pas faisables, car ils ne tiennent pas compte, voire ils participent à l’invisibilisation des voix des femmes de confession musulmane dans la sphère publique au sein des sociétés libérales occidentales Notre critique se formule ainsi en trois points. Tout d’abord, nous questionnons le test de sincérité épaisse et l’évaluation de la cohérence entre les croyances/pratiques d’un individu et son intégrité, alors que différents espaces publics des démocraties libérales occidentales invisibilisent les femmes musulmanes et rendent leur parole inaudible. Nous interrogeons ensuite le test d’acceptabilité mince, en contexte de sécurisation de l’islam et des musulman·e·s autorisant la reproduction de discours racialisant l’islamité et culturalisant l’oppression de genre. Pour finir, nous avançons que penser le processus de délibération démocratique implique de rendre compte des formes d’injustice épistémique et de blessure morale qui prennent place à l’encontre des groupes minorisés – notamment des femmes musulmanes. Cette critique sera appuyée par des extraits du débat parlementaire suisse dans le cadre de l’initiative parlementaire contre la dissimulation du visage.
  • La critique libertine de la religion : mécanismes de formation des croyances et psychologie des masses

    Schino, Anna Lisa (Institut romand de systématique et d’éthiqueThéoRèmes, 2016-12-29)
    Les libres penseurs de l’âge classique développent des réflexions singulières sur le thème de la religion, en particulier sur la façon dont naissent les religions et sur les mécanismes selon lesquels elles se répandent. Dans leurs pages, la religion se présente sous deux aspects : en premier lieu, comme le produit des passions et de la crédulité de l’homme et, en second lieu, sous l’angle de son utilisation par des législateurs qui ont trompé les hommes pour fonder de nouvelles sociétés et de nouveaux empires. On retrouve un développement de la réflexion libertine sur la religion dans les pages de Thomas Hobbes, où l’origine de la religion est la même (passions, crédulité, croyance en les démons), mais où sa fonction est très différente.

View more