Show simple item record

dc.contributor.authorNdiaye, Sara
dc.date.accessioned2019-09-23T13:13:54Z
dc.date.available2019-09-23T13:13:54Z
dc.date.created2017-12-15 00:19
dc.date.issued2017-12-05
dc.identifieroai:ojs.ajol.info:article/163618
dc.identifierhttps://www.ajol.info/index.php/ad/article/view/163618
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/20.500.12424/24433
dc.description.abstractEn juin 2010, un fonds d’équité a été lancé dans quatre régions du Sénégal pour une durée de 36 mois. Les prestations ont démarré en 2012. Les bénéficiaires se composent des personnes les plus démunies caractérisées par une grande vulnérabilité aux maladies : femmes enceintes, enfants de moins de cinq ans, personnes vivant avec un handicap et personnes âgées. Leur prise en charge médicale est assurée à travers les mutuelles de santé conformément aux conventions avec les structures de soins. Il s’agit généralement d’une couverture de 60 80 pour cent des soins primaires et des forfaits pour les soins de référence. Le complément est couvert par le fonds d’équité. Pour sa mise en oeuvre, plusieurs acteurs ont supervisé le processus afin de veiller aux principes de participation, d’équité et de conformité au manuel de procédure. Les structures mutualistes et les services de l’action sociale ont constitué les fers de lance de l’identification et de la validation des listes de bénéficiaires. Une convention a été adoptée par la suite entre la Cellule d’appui à la couverture maladie universelle (CACMU) et les mutuelles de santé. Le présent article vise à promouvoir une recherche-action sur les expériences de couverture du risque maladie dans un contexte de pauvreté économique. Il est basé sur une recension documentaire et une observation participante. C’est ainsi que l’étude a pu relever la pertinence de l’approche mutualiste pour la couverture maladie universelle. Toutefois, les innovations développées par les mutuelles de santé communautaires sont peu capitalisées dans les politiques publiques de protection sociale. Par ailleurs, les principaux jalons présentés pour la promotion de la couverture maladie universelle sont :la diversification du financement (État, coopération, collectivités locales, entreprises, salariés), la couverture des gros risques pour rendre plus attractives les mutuelles de santé communautaires, et l’amélioration des méthodes de gestion des structures mutualistes.Mots clés : fonds d’équité, gouvernance, indigent, vulnérabilité, mutuelle de santé, Sénégal
dc.format.mediumapplication/pdf
dc.language.isoeng
dc.publisherCODESRIA
dc.relation.ispartofhttps://www.ajol.info/index.php/ad/article/view/163618/153096
dc.rightsCopyright for articles published in this journal is retained by the journal.
dc.sourceAfrica Development; Vol 42, No 1 (2017); 9-31
dc.subjectfonds d’équité, gouvernance, indigent, vulnérabilité, mutuelle de santé, Sénégal
dc.titleLe fonds d’équité au Sénégal : analyse des mécanismes de la couverture maladie des indigents et de ses perspectives pour la couverture maladie universelle
dc.typeinfo:eu-repo/semantics/article
ge.collectioncode0850-3907
ge.dataimportlabelOAI metadata object
ge.identifier.legacyglobethics:12244120
ge.identifier.permalinkhttps://www.globethics.net/gel/12244120
ge.lastmodificationdate2017-12-15 00:19
ge.lastmodificationuseradmin@pointsoftware.ch (import)
ge.submissions0
ge.oai.exportid148924
ge.oai.repositoryid224
ge.oai.setnameArticles
ge.oai.setspecad:ART
ge.oai.streamid2
ge.setnameGlobeEthicsLib
ge.setspecglobeethicslib
ge.linkhttps://www.ajol.info/index.php/ad/article/view/163618


This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record