Now showing items 7749-7768 of 11024

    • Rail and Subway Concessions in Rio de Janeiro

      Rebelo, Jorge M. (World Bank, Washington, DC, 1999-04)
      To help address a budgetary crisis in
 early 1995, the Rio de Janeiro state government began
 reforms aimed at selling or concessioning to the private
 sector loss-making state-owned enterprises. In the transport
 sector this meant selling or concessioning subway,
 commuterrail, bus, and ferry services, at the time requiring
 subsidies of US $363 million annually. This note describes
 the concessioning of Rio's subway, the Metro, in
 December 1997 and its commuter rail service, Flumitrens, in
 July 1998. Together they accounted for 80 percent of the
 subsidies. The reform was expected to eliminate subsidies
 for the Metro and reduce them by two-thirds for Flumitrens,
 to improve service, and to clear the backlog of maintenance
 and investment.
    • Rail Transport : Framework for Improving Railway Sector Performance in Sub-Saharan Africa

      Olievschi, Vasile Nicolae (World Bank, Washington, DC, 2013-03)
      In most of the Sub-Saharan African (SSA)
 countries railways have played, throughout history, a key
 part in the economic development maintaining a dominant role
 in transporting freight and passengers at low costs. During
 the last 50 years, the road transport in the region as
 throughout the world has expanded rapidly due to the
 aggressive development of the automobile industry. African
 governments have invested mainly in road infrastructure
 improvement, neglecting railways. The liberalization in road
 transport and the slow response of railways to adapt to the
 new market conditions resulted in dramatic traffic decline
 in rail transport. By 1990 most of the Sub-Saharan African
 railways were in virtual bankruptcy, requiring permanent
 cash injection and large investments in infrastructure and
 rolling stock. To address the crisis, many governments have
 considered concessions as a solution, and between the
 mid-1990s and 2010 most of the railways were concessioned.
 Currently, more than 70 percent of the rail transport
 activities in the region (excluding South Africa) are
 managed by private operators. The World Bank Group (IDA and
 IFC) has supported most concession processes through grants
 and loans, investing since 1996 more than one billion
 dollars to support the efforts of the governments and
 private operators. The recommendations suggested in the
 present document are based on a comprehensive approach for
 improving the performance of the railway sector in parallel
 with the enhancement of the governance of the transport
 sector. The rhythm of implementation of such a complex set
 of recommendations may vary from country to country
 depending on local conditions and will require, in any case,
 a long period of time. Nevertheless, the dramatic status of
 the railway transport sector in SSA requires rapid actions.
 In this respect, the present work includes a selected list
 of most urgent recommendations to be implemented in the
 first stage. The way ahead for improving the performance of
 railways in Sub-Saharan Africa is a complex endeavor that
 cannot be achieved without the strong involvement of the
 private sector.
    • Railway Reform in South East Europe and Turkey : On the Right Track?

      Monsalve, Carolina (World Bank, 2011-03-01)
      The railways of South East Europe and
 Turkey experienced significant declines in traffic volumes
 in 2009. This reflected the impact of the international
 financial crisis unleashed in the last quarter of 2008 and
 its contractionary impact on the economies of the region and
 elsewhere. Lower traffic volumes translated in most cases
 into a serious deterioration of the financial performance of
 the state-owned railways. This brought home the costs of
 failing to implement essential reforms to improve the
 operational and financial performance of the sector when the
 economy was strong. In Romania in 2010, large-scale layoffs
 were announced at short notice for the state rail companies.
 The situation is similar for the Bulgarian state rail
 incumbents; they face an acute liquidity crisis, and will
 require additional state aid merely to keep running. The
 lesson of these events is clear: it is unwise to delay
 implementing state railway sector reforms during good
 economic times, because the consequences can be too severe
 if a financial downturn occurs before those reforms have
 been taken and properly implemented. This report begins by
 assessing implementation of the European Union (EU) legal
 and institutional framework and the state of institutional
 reform in South East Europe and Turkey. It then turns to a
 comparative assessment of the operational and financial
 performance of the rail sector in each of the 10 countries
 over 2005-2009, comparing the report countries with the
 EU-27 benchmark and three EU countries, Germany, Poland, and
 Slovenia. The report then moves on to the issue of rail
 corridor performance, with a specific focus on improving the
 institutional and regulatory environment at border-crossing
 points, before offering some conclusions. The first annex
 focuses on the performance of the incumbent state-owned
 railways of South East Europe and Turkey in much greater detail.
    • Raising Botswana's Human Resource Profile to Facilitate Economic Diversification and Growth

      World Bank (Washington, DC, 2015-01-05)
      Botswanaapos;s economic growth has hinged on its abundant natural resources, particularly diamonds, which generate nearly half of its fiscal revenues. In terms of sustainable growth, this dependency on natural resources poses the biggest challenge for the country. To prepare Botswana for life after diamonds, the government developed a growth paradigm in its vision 2016 strategy document (Presidential Task Group 1997), which suggests that the development of new economy skills will play an extremely important role in the country s future. Botswana is aiming to develop new engines of growth, supplementing the diamond industry with manufacturing, financial, and transport services, and transforming the country s entrepreneurship sector into a buoyant, productive, and innovative private sector led by entrepreneurs with cutting-edge skills. A key ingredient of this strategy is the development of a holistic approach to skills development. Botswana has achieved high enrollment in basic education (90 percent in primary education) and the government continues to invest a high share of gross domestic GDP, almost 8 percent, in the education sector. In 2010 11, expenditures on education amounted to 25 percent of total government expenditures. Nevertheless, a skills constraint is repeatedly cited as a major challenge for businesses in the country. In 2010, the Enterprise Survey for Botswana reported that of the 10 major business constraints, the majority of firms in the country reported skills shortage as the key problem (World Bank, 2010a). The country also has high unemployment rates reported at approximately 17.8 percent and approximately 27 percent, when discouraged jobseekers are included (CSO, 2011). This note reviews the current landscape of the education sector in Botswana and attempts to identify key bottlenecks in the supply of relevant skills for economic diversification. Recommendations for preparing students who can be readily integrated into the labor market are then offered, using examples of best practices from successful case studies.
    • Raising the Bar on Corporate Governance : A Study of Eight Stock Exchange Indices

      Grimminger, Andreas D.; Di Benedetta, Pasquale (World Bank and the International Financial Corporation, Washington, DC, 2013-12-27)
      Stock exchanges around the world have launched Corporate Governance Indices (CGIs), sometimes as part of a broader Environment, Social, and Governance (ESG) initiative. The comprehensive analysis of these indices presented in this study is the first of its kind, and it reveals that CGIs have a positive impact, enhancing legal and regulatory frameworks by extending governance criteria to develop objective and measurable benchmarks. The study also shows that CGIs present companies with an opportunity to differentiate themselves in the market and, ultimately, offer companies an incentive to adopt better governance practices. Nevertheless, as the process for vetting and evaluation of companies for inclusion in the indices continues to evolve, access to underlying methodologies, disclosure of the ratings and self-assessments of individual companies, and of overall monitoring processes and procedures can still be enhanced. This study reviews the different approaches used by stock exchanges to build indices incorporating corporate governance. In the case of ESG indices, the focus is on the governance component of these indices. The study also draws lessons from the stock exchange's experiences and highlights success factors and shortcomings. In particular it addresses the following key questions: (i) what are the key drivers for stock exchanges to launch CGIs; (ii) what are the critical building blocks in the construction of a CGI; (iii) what are the risks faced by those investing in CGIs.
    • Rapid Feedback : The Role of Community Scorecards in Improving Service Delivery

      Venugopal, Varsha; Post, David; Agarwal, Sanjay (World Bank, Washington, DC, 2014-07-22)
      Social accountability tools are increasingly recognized as a means of improving service delivery and governance in World Bank-supported projects. Social accountability is an approach that relies on civic engagement in that citizens participate directly or indirectly in demanding accountability from service providers and public officials. Community scorecards (CSCs), the focus of this note, are citizen-driven accountability measures that enhance citizens' civic involvement and voices and complement conventional supply-side mechanisms of accountability, such as political checks and balances, accounting and auditing systems, administrative rules, and legal procedures. As a community-based social accountability tool, the CSC can be used to gather feedback from service users and improve communication between communities and service providers. By using focus groups and facilitated interface meetings, the CSC process provides service users with the opportunity to give systematic and constructive feedback to service providers about their performance. It also helps service providers learn directly from service users about what aspects of their services and programs are working well and what aspects are not. This note aims to outline a methodology in order to help task team's work with clients to implement and scale-up CSC initiatives. To this end, examples from Bank-supported projects in which the use of CSCs has resulted in improved service delivery are showcased.
    • Raportowanie zintegrowane a społeczna odpowiedzialność przedsiębiorstw

      Krasodomska, Joanna (Wydawnictwo Uniwersytetu Ekonomicznego we Wrocławiu, 2018)
      Koncepcja sprawozdawczości zintegrowanej powstała w 2010 r., a jej wytyczne (<IR> Framework) zostały opublikowane przez Międzynarodową Radę ds. Zintegrowanego Raportowania (International Integrated Reporting Council – IIRC) w 2013 r. Początkowo była ona silnie związana ze społeczno-środowiskowymi aspektami działalności przedsiębiorstw, z którymi przez wielu autorów nadal jest utożsamiana. Celem artykułu jest przybliżenie krytycznych głosów, zgodnie z którymi związki zintegrowanego raportowania ze zrównoważonym rozwojem (sustainable development) czy społeczną odpowiedzialnością biznesu (Corporate Social Responsibility, CSR) znajdują się obecnie na dalszym planie. Raport zintegrowany ma przede wszystkim informować o procesie tworzenia wartości i jest adresowany do dostarczycieli kapitału (inwestorów). Jest on dodatkowym raportem, możliwym do opracowywania przez spółki obok sprawozdań finansowych i raportów społecznych. W zamierzeniu autorki rozważania zawarte w artykule przyczynią się do rozwoju naukowej dyskusji nad sprawozdawczością zintegrowaną i prowadzenia badań w tym zakresie.
    • Raportowanie zintegrowane a społeczna odpowiedzialność przedsiębiorstw

      Krasodomska, Joanna (Wydawnictwo Uniwersytetu Ekonomicznego we Wrocławiu, 2018)
      Koncepcja sprawozdawczości zintegrowanej powstała w 2010 r., a jej wytyczne (<IR> Framework) zostały opublikowane przez Międzynarodową Radę ds. Zintegrowanego Raportowania (International Integrated Reporting Council – IIRC) w 2013 r. Początkowo była ona silnie związana ze społeczno-środowiskowymi aspektami działalności przedsiębiorstw, z którymi przez wielu autorów nadal jest utożsamiana. Celem artykułu jest przybliżenie krytycznych głosów, zgodnie z którymi związki zintegrowanego raportowania ze zrównoważonym rozwojem (sustainable development) czy społeczną odpowiedzialnością biznesu (Corporate Social Responsibility, CSR) znajdują się obecnie na dalszym planie. Raport zintegrowany ma przede wszystkim informować o procesie tworzenia wartości i jest adresowany do dostarczycieli kapitału (inwestorów). Jest on dodatkowym raportem, możliwym do opracowywania przez spółki obok sprawozdań finansowych i raportów społecznych. W zamierzeniu autorki rozważania zawarte w artykule przyczynią się do rozwoju naukowej dyskusji nad sprawozdawczością zintegrowaną i prowadzenia badań w tym zakresie.
    • Raportowanie zintegrowane jako nowe podejście we współczesnej sprawozdawczości

      Jędrzejka, Dariusz (Wydawnictwo Uniwersytetu Łódzkiego, 2013-06-09)
      The article outlines an emerging concept of integrated reporting. The main reason behind the concept is to reflect the evolving role of the company in society, where economic, social and environmental impacts have to be taken into account simultaneously, and where strategy, risk, performance and sustainability are inseparable. Integrated report is supposed to come in place of an annual report and become the company's primary report. Integrated reporting allows to demonstrate the linkages between the organization's strategy, governance and financial performance and the social, environmental surrounding within which it operates. As a result, the company, the markets, information users should benefit from greater transparency, which should lead to better informed decisions. International Integrated Reporting Council (IIRC) launched in 2011 a project aimed at creating an integrated reporting framework. The project engages stakeholders from all over the world and representing different sectors (corporate, academic, standard-setters). The first version of the framework might be finished 2012 at the earliest. Despite the lack of framework, there is a relatively high percentage of first-adopters, who already claim to see the benefits of applying the new approach. So far, integrated reporting will probably remain in the voluntary disclosure field, since the article identifies some serious challenges to be taken before the new approach is obligatory.
    • Rapport annuel 2006 de Transparency International

      Poroznuk, Amber (Transparency International, 2006)
      "Plus d’un milliard de personnes n’ont pas accès à une eau potable saine et près de trois milliards vivent sans système d’assainissement approprié. En 2006, Transparency International a créé le Water Integrity Network afin d’instiller la transparence et l’intégrité dans le secteur de l’eau"
    • Rapport annuel 2007 de Transparency International

      Denker, Inken; Sidwell, Mike (Transparency International, 2008-06)
      La corruption politique nuit à la confiance du public dans le processus démocratique. L’intégrité du système politique est essentielle à l’Etat de droit et à la capacité des gouvernements de garantir les droits des citoyens. Lorsque la corruption fausse les élections et permet d’accéder au pouvoir, l’autorité de l’Etat est compromise. Les démocraties modernes exigent qu’existent des organisations politiques fortes qui s’affrontent pour le pouvoir lors de scrutins équitables; aussi ces partis politiques doivent disposer de ressources pour fonctionner et mener campagne. Selon leur origine, leur mode de distribution et leur utilisation, ces ressources peuvent porter atteinte aux valeurs démocratiques et à la bonne gouvernance. Les lois et les réglementations ne sont pas toujours suffisantes pour prévenir de telles atteintes. Promouvoir la transparence du financement des partis constitue pour TI un des leviers permettant de limiter l’influence indue de l’argent et des intérêts privés sur la vie politique. Le contrôle exercé par les citoyens, la société civile et les médias est essentiel pour compléter, voire contester, le contrôle financier opéré par les institutions publiques. TI établit des relations directes avec les citoyens pour améliorer la circulation de l’information entre les citoyens et leurs représentants. Les sections travaillent avec les partis politiques, les parlements, les autorités électorales et les autres parties prenantes pour veiller à ce que les décideurs politiques rendent des comptes et prennent en considération l’intérêt public. Les sections de TI militent en faveur de la réforme des partis politiques et des règles électorales. Elles collaborent avec les autorités électorales pour garantir des scrutins équitables et libres de toute forme de corruption et mènent des actions concrètes telles que l’ouverture de lignes d’assistance téléphonique destinées à recueillir les réclamations des citoyens, le contrôle des médias et le suivi de l’utilisation des fonds publics.
    • Rapport Annuel de Transparency International 2005

      Poroznuk, Amber (Transparency International, 2005)
      "Selon le Baromètre mondial de la corruption 2005, les partis politiques sont considérés comme l’institution la plus corrompue par les citoyens dans le monde entier. Prévenir la corruption au sein du processus électoral reste un défi majeur. Lorsque les dirigeants politiques sont redevables aux individus, entreprises ou organisations qui ont financé leurs campagnes, leur capacité à gouverner équitablement est compromise. Ils peuvent être amené á offrir des contrats, des postes politiques ou des faveurs en échange d’un support financier. Les partis politiques et les candidats ont besoin d’argent pour leur fonctionnement et leur communication auprés des électeurs; le financement ne doit pas corrompre le processus politique, voilá oú se trouve le défi. À la suite de la publication en 2004 des Principes pour le financement et les faveurs en politique, TI a réuni des experts et des professionnels en 2005, afin d’identifier les techniques utilisées par les candidats et les partis pour échapper à la surveillance de leurs activités. Parmi celles-ci, on évoque des astuces comptables comme la réattribution de contributions vers des organisations satellites du parti, la division des montants afin que les résultats soient tout juste inférieurs au palier rendent obligatoire la publication d’information, ou encore la présentation de rapports financiers tout simplement falsifiés. Les conclusions de cette conférence ont été rassemblées dans deux positions stratégiques publiées en 2005, qui mettent en avant des recommandations concrètes pour assurer l’application scrupuleuse et effective des régulations sur le financement des campagnes électorales. En attirant l’attention sur les problèmes les plus graves, les sections nationales de TI aident leurs gouvernements à concevoir des lois et des normes contrôlant les dépenses de campagnes pendant les élections nationales, permettant ainsi d’égaliser les chances des candidats. En Amérique Latine, par exemple, un projet est en cours pour évaluer le niveau de transparence dans le financement des campagnes électorales. Les sections nationales effectuent également un travail innovateur en explorant les effets de la corruption politique sur les gouvernements régionaux et subrégionaux. La section de TI en Ouganda a pu documenter l’omniprésence de la corruption au niveau des gouvernements locaux et a montré à quel point cela affecte les décisions prises en matière d’allocation de ressources vitales."(pg 4)
    • [Rapport mondial sur la corruption 2001] Introduction au Rapport 2001 sur la corruption à l’échelle mondiale

      Eigen, Peter (Transparency International, 2001)
      La corruption ne respecte aucune frontière nationale. Elle accentue les problèmes de pauvreté dans le monde en altérant la vie politique, économique et sociale. Transparency International (TI) est né de l’expérience de personnes qui ont été les témoins directs de la menace véritable que fait peser la corruption sur les vies humaines – et aussi du sentiment de frustration de ses fondateurs dû au fait que personne ne voulait en parler. Aujourd’hui, la corruption dans les plus hautes sphères défraie la chronique à travers le monde, et les gens prennent conscience de ses conséquences désastreuses. Mais il y a un danger réel qui réside dans le fait que les citoyens du monde ne se lassent de mauvaises nouvelles et continuent d’avoir un sentiment d’impuissance. Ceux qui sont engagés dans la lutte contre la corruption doivent continuer à rendre public ses mécanismes de fonctionnement et à promouvoir les remèdes et les initiatives de succès pourraient inverser le cours des choses. Une vigilance soutenue est requise et beaucoup reste encore à faire. Depuis sa création en 1993, TI a constamment invité les personnes et les institutions de tous bords à se joindre au mouvement mondial de lutte contre la corruption. C’est dans cet état d’esprit que nous nous sommes engagés dans cette nouvelle publication. Je vous recommande vivement sa lecture afin d’apprendre non seulement comment le fléau de la corruption afflige les sociétés dans le monde, mais aussi ce que les personnes concernées peuvent faire, et ce qu’elles entreprennent actuellement, pour contrecarrer la corruption.
    • [Rapport mondial sur la corruption 2001] Sudamérica

      Luzzani, Telma (Transparency International, 2001)
      En Sudamérica, la corrupción está fomentada por leyes inadecuadas, la irreverencia frente a ellas --aún cuando sean adecuadas--, y la impunidad de los corruptos. En muchos países de la región, los controles de la administración pública son escasos y politizados, y la capacidad de aplicación de la ley y el poder judicial no son parejos. Esto se traduce en poca credibilidad de las instituciones y en la percepción de que “algo pasa”. De acuerdo con el experto colombiano, Alvaro Camacho Guizado, Latinoamérica todavía no ha terminado con la doble maldición, mediante la cual la debilidad institucional sirve de pantalla o medio para la corrupción, mientras que, al mismo tiempo, “la corrupción contribuye al deterioro de las bases institucionales, legales y éticas del estado”2. La lucha contra la corrupción surgió en Sudamérica con el término de la Guerra Fría, cuando el comunismo dejó de ser la mayor preocupación política del continente. La corrupción no empeoró necesariamente en los 90, indica el Profesor Juan Gabriel Tokatlian de la Universidad de San Andrés de Buenos Aires3, pero ciertamente se ha hecho más visible, ya que tanto la democracia como la corrupción acapararon titulares de diarios como nunca antes4. Otro factor crucial que ha motivado la lucha contra la corrupción es la creciente consciencia de que la corrupción perpetúa la pobreza. El Secretario General de la Organización de Estados Americanos (OEA), César Gaviria, afirmó que “en los países con crecientes niveles de pobreza, es evidente que la corrupción está empeorando y avanzando a pasos agigantados”5. Una nueva investigación ha documentado los costos de la corrupción. De acuerdo con los cálculos del gobierno, el costo de la corrupción en Colombia es de 1 por ciento de su PIB anual, es decir, unos US$ 6.100 per cápita6. Un estudio realizado por economistas en Brasil calculó que las pérdidas anuales provocadas por la corrupción ascendían a US$ 6.000 per cápita.
    • Rapport mondial sur la corruption 2003: thème spécial: accès à l'information

      Inowlocki, Tania; Wolfe, Toby; Wolkers, Marie; Hodess, Robin; Transparency International (Profile booksKarthala, 2008)
      Incl. bibl.
    • [Rapport mondial sur la corruption 2003] Afrique australe

      Lodge, Tom (Transparency International, 2003)
      "Le Nouveau partenariat pour le développement en Afrique (NEPAD) vise à atteindre des flux d’investissement de plus de 60 milliards de dollars américains par an en Afrique. L’objectif est ambitieux et sa réalisation dépendra largement des perceptions de la gouvernance sur ce continent par des investisseurs. Les récentes fraudes électorales en Zambie et au Zimbabwe, qui s’ajoutent à la faillite de l’État de droit au Zimbabwe, ont contribué à la nervosité des investisseurs en Afrique australe, ce qui rend l’objectif encore plus difficile à atteindre, quoique la confiance en la vigueur de l’économie d’Afrique du Sud persiste. L’endettement de la plupart des pays d’Afrique australe ainsi que leur dépendance vis-à-vis de l’aide extérieure sont des incitations fortes pour faire preuve de bonne gouvernance auprès des bailleurs de fonds et des investisseurs. En effet, bien que les responsables du NEPAD doivent encore énoncer les normes précises de bonne gouvernance auxquelles les pays membres sont censés souscrire, certains gouvernements de la région se sont d’ores et déjà formellement engagés à suivre les principes de lutte contre la corruption. Néanmoins, il existe des indications claires de la résistance institutionnelle à la mise en oeuvre de mesures efficaces pour attaquer de front le phénomène de la corruption et le maîtriser. Les efforts déployés pour endiguer la corruption ont été sapés par l’ingérence des milieux politiques dans une vaste enquête sur des marchés publics d’armes en République sud-africaine et par la réticence au Mozambique à entamer des poursuites après l’assassinat d’enquêteurs spécialisés dans les affaires de corruption, ainsi que le non-respect des règles d’information financière du Parlement dans plusieurs autres pays. Dans l’intermède, deux cas significatifs de fraude électorale – et l’apparente tolérance dont les États voisins ont fait montre – soulèvent des questions préoccupantes sur le devenir des institutions libres et démocratiques dans toute la région. Cela vaut particulièrement pour l’Angola et le Mozambique où les partis au pouvoir entretiennent des objections idéologiques tenaces contre ce genre d’institutions et les codes de gouvernance qu’elles représentent."
    • [Rapport mondial sur la corruption 2003] Afrique centrale

      Kabemba, Claude (Transparency International, 2003)
      "Les élections tenues récemment et les tentatives de démocratisation dans plusieurs pays de l’Afrique centrale – Cameroun, Gabon, République du Congo, São Tomé e Príncipe et Tchad – n’ont pas produit de gouvernements fiables, transparents. Dans d’autres pays de la région, notamment en République démocratique du Congo (RDC), au Rwanda et au Burundi, l’instabilité chronique a donné lieu à une corruption caractérisée. Au cours des douze derniers mois, la corruption dans la région s’est étendue au détournement des ressources nécessaires à la lutte contre la pauvreté. Ni les législations nationales adoptées pour lutter contre la pauvreté, ni les déclarations politiques en général ne sont nées de la volonté politique de combattre la corruption ; elles sont plutôt une réponse à la pression d’institutions internationales comme le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale et la communauté des bailleurs. L’année dernière, ces acteurs internationaux ont continué à lier leur aide aux mesures de bonne gouvernance. La corruption des fonctionnaires des pays de la région s’explique à la fois par la cupidité et la pauvreté des agents de la fonction publique et du secteur privé. Dans les pays qui ont connu récemment le développement de l’exploitation pétrolière en Afrique centrale – notamment le Tchad et la Guinée-Équatoriale mais aussi le Cameroun, le Gabon, la République du Congo et São Tomé e Príncipe –, les flux de revenus générés pour le gouvernement ont créé d’énormes possibilités de corruption. En RDC, les ressources en minerais précieux ont incité les sociétés internationales à négocier avec des rebelles, et les recettes tirées de ces opérations sont versées sur des comptes bancaires personnels servant à acheter encore plus d’armements pour entretenir la guerre."
    • [Rapport mondial sur la corruption 2003] Afrique de l’Ouest

      Alabi, Niyi (Transparency International, 2003)
      "Les lois et les institutions réprimant la corruption sont en place dans la plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest, et, en 2001-2002, de nombreuses instances ont encore été créées pour lutter contre la corruption au Burkina Faso, en Sierra Leone et au Togo. Néanmoins, au cours de l’année écoulée, ces institutions ont été beaucoup critiquées dans la région pour leur manque d’efficacité. L’objet de ces critiques est l’énorme décalage qui existe entre la rhétorique anti-corruption des gouvernements et l’impunité dont jouissent les personnalités publiques. La situation s’explique en partie par le fait que la création d’institutions de lutte contre la corruption vise souvent à calmer les acteurs internationaux tandis que les gouvernements évitent de s’aliéner leurs alliés politiques dans le pays en prenant des mesures de répression de la corruption. Les pays de l’Afrique de l’Ouest sont très dépendants de l’aide, et la lutte contre la corruption continue de figurer en bonne place parmi les conditions d’octroi de l’aide. Ces dernières ont imposé certaines contraintes sur les actions de l’exécutif mais les recettes provenant des ventes de pétrole et de diamants font encore l’objet d’une grande et vaste corruption. Le renforcement des réformes démocratiques a été poursuivi en Côte d’Ivoire, au Ghana et en Sierra Leone. Ces pays ont également consolidé leurs systèmes nationaux d’intégrité. En revanche, la gouvernance est particulièrement faible au Burkina Faso, en Guinée, en Guinée-Bissau, au Liberia et au Togo avec peu de contrôles effectifs sur le pouvoir exécutif. Les dirigeants de la plupart des pays de ce dernier groupe ont commencé leur carrière comme dictateurs militaires ; ils se sont transformés par la suite en leaders politiques malgré un état de service peu glorieux en termes de transparence et de la volonté de rendre des comptes. Les réformes économiques sont surtout caractérisées dans toute la région'
    • [Rapport mondial sur la corruption 2003] Amérique centrale, mexique et caraïbes

      Rodas-Martini, Pablo (Transparency International, 2003)
      "Les nouvelles initiatives prises dans le domaine de la lutte contre la corruption en Amérique centrale, au Mexique et aux Caraïbes, au cours de l’année écoulée, ne se sont guère accompagnées d’une amélioration sensible de la transparence au sein du gouvernement. Conscients de la puissance du discours contre la corruption, un certain nombre de candidats ont fait voeu d’honnêteté et présenté des plates-formes de lutte contre la corruption au cours de la campagne électorale de l’année dernière. Les électeurs inscrits en sont arrivés, à leur tour, à s’attendre à ce que ces promesses (dès lors qu’elles ne seront pas tenues) fournissent par la suite des motifs d’accusation contre le gouvernement. Accusés de corruption, les partis au pouvoir ont affiché peu de volonté de se pencher sur la question ; ils ont plutôt exigé la preuve de leur mauvaise conduite. Ce recours abusif à la corruption a contribué à saper la confiance des populations par rapport au régime dit démocratique et au système de partis politiques. La corruption reste variable dans la région. Alors que dans certains pays comme le Costa Rica, le phénomène est relativement rare, au Guatemala, au Panamá et au Nicaragua, la tendance est à la régression ces dernières années. Même si la « culture de la corruption1 » est toujours forte au Mexique, ce pays est le seul de la région à avoir fait des progrès considérables dans la lutte contre la corruption au cours de l’année écoulée. Les bailleurs de fonds internationaux et bilatéraux ont mis en place dans la région des programmes spéciaux de lutte contre la corruption ; toutefois, leur approche est devenue trop tolérante, même en cas de fraude ou d’acte illicite évident. Cette attitude est attestée par un libre apport d’assistance par des acteurs tels que la Banque interaméricaine de développement (BID) et l’Agence canadienne pour le développement international (ACDI), en l’absence de toute amélioration sensible de la transparence au sein des administrations de la région. L’année dernière, le secteur privé n’a cessé d’exprimer sa préoccupation à l’égard de la corruption."
    • [Rapport mondial sur la corruption 2003] Amérique du Nord

      Dininio, Phyllis; Anechiarico, Frank (Transparency International, 2003)
      "En Amérique du Nord, l’évolution de la corruption au cours de ces dernières années est caractérisée par des scandales financiers et politiques et par l’influence de la « guerre contre le terrorisme ». Les scandales comptables en ont constitué le thème central, à commencer par la faillite de la société Enron considérée comme la septième plus grande entreprise des États-Unis ; d’autres scandales mêlés les uns aux autres sont apparus mettant en cause de nombreuses autres sociétés américaines dont Adelphia Communications, Global Crossing, Halliburton, Qwest, Worldcom et Xerox. Ces affaires ont amené le public à se demander sérieusement si les règles et principes comptables en vigueur – et l’influence de l’argent des sociétés sur la politique américaine – sont vraiment efficaces. Il a donc été proposé de renforcer la réglementation de l’industrie comptable, d’améliorer la politique de divulgation de l’information par les sociétés et de punir plus sévèrement les dirigeants qui induisent en erreur les investisseurs. Les États-Unis ont également précipité l’adoption d’une réforme sur le financement des campagnes dont le but est de réduire les dons aux partis politiques ; cette réforme était restée en suspens pendant sept ans. La nouvelle loi a encore bien des obstacles à franchir ; néanmoins elle représente une grande victoire de la campagne pour la réduction du rôle de l’argent dans la politique américaine. Au Canada, un scandale d’ordre éthique a éclaboussé le gouvernement libéral du Premier ministre, Jean Chrétien, en mai 2002. Malgré les accusations de clientélisme et de favoritisme portées contre son administration dans l’attribution des contrats, Chrétien était bien déterminé à rester au pouvoir. Il s’est séparé des deux ministres à l’origine du tollé général dans le pays, et a annoncé l’instauration d’une nouvelle règle éthique pour les ministres restés en fonction ; de plus, il a changé les lois régissant la réglementation sur les groupes de pression et le financement des partis politiques. La « guerre contre le terrorisme » a eu autant d’effets positifs que négatifs sur la lutte contre la corruption. Côté positif, elle a conduit à l’adoption par les États- Unis d’une nouvelle législation plus dure contre le blanchiment d’argent."